Monfort et les coureurs belges ne veulent pas participer à d'éventuelles actions de protestation

STUTTGART Maxime Monfort est serein, même s'il a encore un peu mal aux jambes après la récente Vuelta. "Mais rassurez-vous, la forme est toujours là, confie le coureur de Nadrin. Bien sûr, je manque d'explosivité pour viser moi-même le titre, mais je serai là pour Philippe Gilbert, qui, lui, avec ses qualités, a vraiment sa chance cette année."

Maxime, on le sait, a toujours son franc-parler et n'hésite pas à dire tout haut ce que d'autres, parfois, ont même peine à murmurer. Lorsqu'on lui parle d'une éventuelle action de protestation des coureurs italiens et espagnols, après les événements qui les ont récemment concernés, ici, à Stuttgart, le Wallon n'y va pas par quatre chemins. "Il n'est pas question que les coureurs belges les suivent dans leur action, dit-il. Ces affaires sont les leurs et elles ne nous concernent nullement. Ma position est aussi celle de toute la délégation belge (NdlR : Carlo Bomans nous l'a en effet confirmé) car nous nous sommes concertés à ce sujet ! Être solidaire avec eux, ce serait aussi se montrer solidaire avec ceux qui ne signent pas la charte éthique, ceux qui ne veulent pas donner leur ADN, ceux qui disent ne pas prendre des produits dopants... et se font prendre aux contrôles ! Ces mesures sont contraignantes pour tout le monde, mais si certains n'avaient pas exagéré, on n'en serait pas là. Il faut accepter ces contraintes pour redorer notre blason. Moi, je veux bien tout faire pour redonner du crédit au cyclisme."



© La Dernière Heure 2007