Alors que plus personne ne croyait en lui, Mark Cavendish a finalement saisi la main tendue par Patrick Lefevere le patron de la Deceuninck-Quick Step de lui offrir un contrat. Résultat, le Britannique s'est remis à gagner, certes sur le Tour de Turquie (quatre étapes) mais il s'agissait alors de la première fois qu'il levait les bras depuis plus de trois ans !

Des succès qui ont fait rejaillir le vieil objectif de Cavendish d'égaler (voire dépasser) le record de victoires d'étapes sur le Tour de France détenu par Eddy Merckx. Le Cannibale s'est arrêté à 34 succès d'étapes, tandis que Cav' le suit avec 30 victoires.

Mais l'euphorie est retombée du côté de la formation belge. Aligné sur l'exigeante Ruta del Sol il y a deux semaines, Cavendish a trainé sa misère durant trois jours, terminant dernier le premier jour, avant-dernier le second, avant d'abandonner le lendemain. 

Du coup, Lefevere ne compte pas sur le Britannique pour le prochain Tour de France : "C'est probablement trop dur pour lui", a-t-il confié au site italien Bici.Pro, "Mark a couru quelques courses et a eu de la malchance que certaines courses soient annulées. Mais il a aussi abandonné sur la Ruta del Sol avec comme argument que ce n'était pas une course pour sprinters. Sauf que le lendemain, André Greipel s'est imposé..."

Deceuninck-Quick Step comptera sur le sprinter numéro un de l'équipe sur les routes de la Grande Boucle, en la personne de Sam Bennett. L'Irlandais, sur le départ en fin de saison aura tout le train du Wolfpack à son service. "Bennett et son train remporteront des courses, ce qui enlèvera de la pression des épaules d'Alaphilippe pour qu'il ait plus de libertés."

En 2022, avec le départ assuré de Bennett, Lefevere perdra son coureur le plus prolifique en termes de victoires. Mais le boss du Wolfpack ne compte pas pour autant le remplacer : "La saison prochaine nous compteront sur Jakobsen dans les sprints car je suis certain que son comeback sera un succès."