Philippe Gilbert, vainqueur en 2011, a terminé à la 25e place à 15:06. "Il faisait très chaud et c'était très difficile. En raison de quelques problèmes mécaniques, j'ai pris du retard, mais j'ai continué à rouler, car ce travail sera payant dans les semaines à venir", a déclaré le leader de Lotto Soudal. "Il faisait extrêmement chaud. Nous le savions mais une fois qu'il fallait faire la course, c'était vraiment lourd", a ajouté Gilbert. "J'ai dû faire face à la malchance à plusieurs reprises et je l'ai payé cash. Avec une telle chaleur, on peut rouler à la limite, mais jamais vraiment au-delà. Une fois qu'on la dépasse, on ne s'en remet pas. Bon, je suis arrivé loin derrière et c'est dommage que ça se soit passé ainsi, mais ça fait partie de la course. Cela ne peut que s'améliorer dans les prochaines semaines."

Mercredi, Gilbert participe à Milan-Turin, puis à Milan-Sanremo. "Je sens que je vais devoir me remettre de cette course. Même si je n'ai pas figuré à l'avant de la course, j'ai continué à rouler. J'ai eu la chance d'avoir une voiture de l'équipe derrière moi et j'ai continué jusqu'à la fin. Je suis allé assez profond dans mes ressources. Je sais que cet effort sera payant à long terme."

Oliver Naesen: "Je ne me souviens pas de grand-chose de cette course"

Le vainqueur Wout van Aert, Philippe Gilbert, Loïc Vliegen et Greg Van Avermaet ont été les quatre Belges à avoir franchi la ligne d'arrivée des Strade Bianche dans les temps. Oliver Naesen s'est perdu en cours de route. "Dès le début, j'ai senti qu'il faisait trop chaud pour moi", a déclaré le coureur d'AG2R. Naesen espérait pourtant un top-10. "Dès le début, j'ai senti qu'il faisait trop chaud pour moi. Je ne me souviens pas de grand-chose de cette course. Oui, c'est beau, mais je pense que c'est plus agréable de la disputer par 8 degrés qu'à 40".

Naesen roulera Milan-Turin mercredi en guise de préparation à Milan-Sanremo, qu'il a terminé en deuxième position l'année dernière. "J'espère qu'il ne fera pas à nouveau 40 degrés la semaine prochaine. Aujourd'hui, j'ai appris que de telles températures ne me valent rien de bon."