Cyclisme

Le champion du monde a déjà le regard tourné vers 2013 et rêve de s’imposer sur une Ardennaise avec son maillot arc-en-ciel

AYWAILLECa va les gars ?” Philippe Gilbert, champion du monde ou pas, n’a pas changé. Le Liégeois est toujours aussi franc, direct, et amical. Hier, après avoir roulé avec des enfants et avec ses supporters et avant d’offrir à ses fans une très longue séance de dédicaces (et on peut vous dire qu’il y avait de la file pour voir le Phil !), il a rencontré la presse. Pour faire le point, à quelques jours de sa reprise des entraînements.

J’ai bien pu couper du vélo et là, j’ai déjà envie de reprendre” , explique-t-il, serein et détendu. “Durant cette période de repos, j’ai quand même roulé un peu, faisant des tests avec le nouveau vélo, mais je n’appelle pas cela de l’entraînement. Le vrai, il reprendra mercredi, après mon retour chez moi, mardi” .

Afin d’être prêt pour le premier stage de son équipe BMC, en Espagne, à Dénia, en décembre. “On va travailler différemment de l’an dernier” , poursuit Philippe Gilbert. “On va mieux travailler au niveau des programmes de chacun. Pour ne plus refaire les mêmes erreurs que l’an dernier. On est là pour progresser, et c’est justement en ne refaisant pas les mêmes erreurs qu’on progresse. L’entraînement hivernal, c’est la clé de la saison. Si tu ne le réussis pas, tu mets des mois à rattraper ton retard” .

Ce qui avait été son cas l’an dernier sur une grande partie de la saison, avant de vraiment retrouver son niveau à partir des Jeux Olympiques, soit en août. “Oui, mais il y avait aussi d’autres raisons, comme l’adaptation au matériel dû à mon changement d’équipe, sans oublier mes problèmes dentaires” , continue Gilbert. “Pour un sportif de haut niveau, tout cela se paie cash. Mais je suis sûr que cette périodede ma carrière, qui n’a pas été la plus facile, va me servir pour être encore plus fort à l’avenir” .

Et son avenir, justement, comment le voit-il ? “Je suis avant tout un coureur de courses d’un jour . John (Lelangue, le manager de son équipe BMC, NdlR) essaie de me persuader du contraire depuis le Mondial mais je lui ai rappelé, lors du rassemblement de l’équipe à Gand (la semaine passée, NdlR), que je dois miser sur mon terrain, celui des classiques.”

Avec le palmarès qui est le sien, qu’est-ce qui le motive pour 2013 ? “J’aimerais gagner une Ardennaise avec mon maillot de champion du monde. Liège-Bastogne-Liège, ce serait très beau” .

La semaine ardennaise, qu’il avait survolée en 2011, sera son premier grand objectif. “C’est là qu’il faut être en grande forme, car sur l’Amstel, la Flèche ou Liège, cela se joue à la pédale, bien plus que sur Milan San Remo ou même que sur le Tour des Flandres. Le Ronde me motive beaucoup, mais tu peux y être bien pendant 200 kilomètres avant de tout perdre sur une erreur de placement avant un mont. Une crevaison peut aussi y jouer un plus grand rôle que sur les Ardennaises. Je sais que j’ai déjà beaucoup gagné. Mais j’en veux encore. Comme les classiques. Ou le Championnat du Monde.”

Heureux porteur du maillot arc-en-ciel, auquel il voue un énorme respect, Philippe Gilbert reconnaît qu’il n’a pas encore pu se rendre compte de sa portée. “Mais cela viendra bien vite en enchaînant les entraînements et les courses ”, termine-t-il dans un sourire.



© La Dernière Heure 2012