La dernière étape pour Thibaut Pinot, le classement général pour Romain Bardet: les trentenaires du cyclisme français ont été à la fête vendredi, à Lienz (Autriche), au terme du Tour des Alpes.

Pinot (Groupama-FDJ), qui n'avait plus gagné depuis son succès au Tourmalet dans le Tour de France 2019, a mis fin à une très longue série, au lendemain de sa deuxième place qui lui avait laissé un goût amer.

"J'avais le couteau entre les dents ce matin, je la voulais tellement", a déclaré le Franc-Comtois à La Chaîne L'Equipe. "J'avais de super jambes aujourd'hui, je n'avais qu'une idée en tête, gagner".

Parti dans une longue échappée, Pinot a devancé à l'arrivée son dernier compagnon, l'Espagnol David de la Cruz, qu'il avait déjà mis à la peine dans l'ultime ascension, pentue, de cette étape de montagne de 114,5 kilomètres.

"J'étais vraiment transcendé, j'ai tout fait à fond toute la journée", a ajouté le Français, visiblement très soulagé. "Je n'étais pas en confiance sous la pluie, je n'avais pas couru sous la pluie depuis ma chute au Circuit de la Sarthe mais l'important est de gagner. Maintenant, on va arrêter de me parler de mes 1000 et quelques jours sans gagner depuis le Tourmalet, ça va me libérer d'un poids".

Bardet a renoué lui aussi avec le succès dans une course par étapes puisque l'Auvergnat, deux fois sur le podium du Tour de France (2e en 2016, 3e en 2017) avait seulement le Tour de l'Ain 2013 à son palmarès.

"C'était plus dur que prévu, j'ai eu super froid sur le vélo, c'est descendu jusqu'à zéro degré", a souligné le coureur de l'équipe DSM qui a placé aussi le Néerlandais Thymen Arensman à la troisième place du classement général, derrière l'Australien Michael Storer. "C'est top de pouvoir concrétiser comme ça, avec Thymen, j'ai passé beaucoup de temps avec lui en stage depuis le début de l'année".

"J'ai eu un début de saison beaucoup trop discret pour moi mais je ne me suis pas affolé", a ajouté Bardet qui s'est projeté sur la suite, Liège-Bastogne-Liège dimanche puis le Giro: "Je ne pensais pas être aussi bien, on va essayer de garder cette dynamique au Giro. Le Tour des Alpes est un point de passage important."

Dans le Tour d'Italie, qui s'élancera le 6 mai de Budapest, le Français retrouvera Arensman à ses côtés (avec C. Hamilton, Bol, Combaud, Dainese, Denz, Tusveld).