Dans deux semaines précisément, la saison cycliste va (enfin) reprendre ses droits avec les Strade Bianche dès le 1er août et Milan-Sanremo, premier monument de la saison une semaine plus tard. Ces deux épreuves marqueront le début d'une saison hors norme lors de laquelle la plupart des plus grandes épreuves du calendrier vont s'enchaîner à un rythme effréné.

Si la situation sanitaire semblait s'améliorer en Europe, on constate depuis quelques jours une remontée des cas, non seulement en Belgique mais également dans la plupart des pays européens. C'est pourquoi, pour éviter un rebond important, plusieurs villes italiennes s'opposent au passage de Milan-Sanremo selon L'Equipe. Des tensions commenceraient même à poindre entre l'organisateur de l'épreuve, RCS et les villes impliquées, soit plusieurs communes de la province de Savone en Ligurie.

Les maires de ces communes ont fait savoir qu'elles n'étaient pas en mesure de garantir la fermeture des routes lors du passage de la course en raison de la saison estivale dans la région et de l'afflux de touristes qui en résulte. Ces communes ont également peur qu'un rassemblement de masse tel que le passage d'une course cycliste ne n'augmente le risque sanitaire lié à la pandémie de coronavirus.

Les organisateurs ont prévu d'inspecter les derniers kilomètres de la Classicissima et d'ensuite organiser une réunion avec le Préfet de la région de Ligurie ainsi que le président de la province de Savone et les maires concernés.

Mais quoiqu'il en soi, on n'est pas à l'abri d'un énième rebondissement...