Gilberto Simoni perd un de ses équipiers

GRADISCA D'ISONZO L'Italien Sergio Barbero a été écarté du Tour d'Italie cycliste par son équipe Lampre, jeudi matin, avant le départ de la douzième étape à Gradisca d'Isonzo. Barbero et un autre coureur dont le nom n'a pas encore été dévoilé mais qui serait Français, ont fait l'objet d'un contrôle positif à l'EPO (erythropoïetine) lors du Tour de Romandie début mai.
'Nous lui avons demandé de ne pas partir', a déclaré Giuseppe Saronni, manager général de l'équipe Lampre. 'Il a demandé la contre-expertise et il pourrait continuer à courir mais nous avons pris cette option dans un souci de sérénité'.
Barbero (32 ans, professionnel depuis 1992) est l'un des équipiers de l'Italien Gilberto Simoni, l'un des favoris du Giro qui aborde, vendredi, la haute montagne.
L'autre cas de positivité du Tour de Romandie, à confirmer par la contre-expertise, pourrait concerner Laurent Chotard (Mercury-Viatel), 24 ans, qui a fait cette année des débuts très discrets dans le peloton professionnel. Son équipe n'a ni infirmé ni confirmé la nouvelle. Deux autres coureurs, le Danois Bo Hamburger (CSC) et le Suisse Roland Meier (Team Coast), ont déjà été déclarés 'positifs' à l'EPO à l'occasion d'un contrôle inopiné pratiqué le 19 avril au lendemain de la Flèche Wallonne. L'EPO exogène est recherchée dans les urines des coureurs depuis le début du mois d'avril, date de la validation par l'Union Cycliste Internationale (UCI) de la méthode française de détection.