Organiser une course pro n’est pas une simple affaire. Pour trouver les sponsors, pour dénicher les volontaires, pour obtenir les autorisations, pour garder l’enthousiasme face aux complications liées à la pandémie. Et pour parvenir à bien se placer au calendrier quand on n’est pas une manche du World Tour. "Je confirme, ce n’est pas simple", évoque Louis Cousaert, l’organisateur de l’Eurométropole Tour, l’ancien Circuit Franco-Belge qui a fêté sa 80e édition avec la victoire de Fabio Jakobsen, à la fin du mois de septembre. "Nous étions contents d’avoir été déplacés en 2022 au samedi 3 septembre, soit à l’ancienne date de la Brussels Cycling Classic, qui, elle, est replanifiée au mois de juin. Mais il y a actuellement un projet d’organiser le Benelux Tour (NdlR : l’ancien Eneco ou Binck Bank Tour) du 29 au 4 septembre. Si c’est confirmé, nous ne pourrions alors pas organiser notre course à la date du 3 septembre…"

Dans la première mouture du calendrier 2022, la manche du World Tour disputée à la fois en Belgique et aux Pays-Bas figure pour l’instant aux dates du 7 au 13 août. "Pour nous, ce serait dommage, car nous avons de nombreuses demandes d’équipes pour venir sur notre épreuve le 3 septembre, poursuit Louis Cousaert. Nous réfléchissons donc à d’autres solutions. Il y a celle d’une semaine plus tard, le week-end de Fourmies. Mais il y a énormément de concurrence avec le Tour d’Espagne, celui de Grande-Bretagne, les classiques du Canada et en plus le Tour de Slovaquie où a prévu d’aller Quick-Step… Sans parler des bruits que nous entendons par rapport au report des épreuves australiennes du début de saison en septembre, juste avant le Mondial… Il reste pour nous la piste d’un retour en octobre, en toute fin de saison. Ou celle d’aller en août. Peut-être le samedi 27 août, quelques jours après Overijse. Ou au début du mois d’août. Pour l’instant, tout cela est flou, malheureusement, car je n’ai pas de réponse de l’UCI…"