Cyclisme

Le jeune leader du Tour de Belgique, Remco Evenepoel, n'a concédé que trois petites secondes vendredi au vainqueur du contre-la-montre individuel de Grimbergen, Tim Wellens (Lotto-Soudal). Le jeune néopro de Deceuninck-Quick Step, 19 ans, reste calme avant l'étape ardennaise où son équipe équipe défendra son maillot de leader.

Remco Evenepoel est, à l'évidence, content d'être là, au Tour de Belgique, d'en être le leader-surprise après son baroud solitaire et gagnant de l'étape de jeudi à Zottegem. Quatrième du contre-la-montre de vendredi, avec une perte minime de trois secondes sur le vainqueur Tim Wellens, Evenepoel n'affiche pas le moindre stress à la veille de l'étape ardennaise du Tour de Belgique. "Du stress? Pourquoi? Il fait beau!", ironisait le champion du monde juniors. "Et puis, les côtes de samedi, le Maquisard, La Redoute, la Vecquée, c'est sympa..."

Revenant sur sa prestation de vendredi, Evenepoel a souligné sa satisfaction, malgré sa 4e place. "Je savais que ce serait dur pour moi de m'imposer sur une si courte distance, mais le but était de perdre le moins de temps possible. J'ai limité la perte à un peu plus de deux secondes. Le chrono ne ment jamais. Je pense avoir pris un peu trop de risque dans les premiers virages. Mais ce n'est pas une excuse. Je peux être satisfait de ma performance (4e) dans la perspective de l'étape de samedi."

Le jeune Brabançon partira de Seraing avec un avantage de 57 secondes sur Tim Wellens et de 1 minute sur Victor Campenaerts. "Nous allons défendre le maillot et je vais tout faire pour ne pas perdre ma minute d'avance. Je me suis bien préparé pour l'étape des Ardennes, qui était un objectif au début du Tour pour moi. J'ai gagné à La Redoute 'La Philippe Gilbert', chez les jeunes. Ca reste un bon souvenir et, de plus, je suis devenu le coéquipier de Philippe. Mais ce sera quand même différent demain. La Redoute est à mi-parcours et la dernière bosse, la Roche-aux-Faucons, est à 15 kilomètres de l'arrivée. De toute façon, une étape ardennaise offre toujours un beau spectacle, elle n'est jamais plate. Mais c'est toujours, et ce sera le cas samedi, la loi du plus fort."