Après avoir remporté le Tour de Belgique en 2019, Remco Evenepoel a remis le couvert cette année. Il a remporté le classement général de l'épreuve, après avoir gagné le chrono de la deuxième étape. Et cerise sur le gâteau, son équipier Mark Cavendish a réglé ses adversaires au sprint ce dimanche lors de la dernière étape, à Beringen. Il devance sur la ligne Tim Merlier et Pascal Ackermann.

Au classement général, ce sont Yves Lampaert, équipier de Remco Evenepoel, et Gianni Marchand qui se classent derrière le jeune membre du Wolfpack. "Cette victoire était importante, elle montre que nous sommes sur la bonne voie. C'est une sorte de remerciement à tous ceux qui m'ont soutenu", a réagi Remco après sa victoire, lui qui disputait sa deuxième course en Belgique depuis sa reprise (et son abandon) au Giro début mai.

"Après tout ce que j'ai traversé, cette première victoire, c'est vraiment une bonne chose et c'est une forme de remerciement à tous ceux qui m'ont soutenu." Remco Evenepoel avait été grièvement blessé à la suite d'une chute au Tour de Lombardie, le 15 août. "Avoir été apte à prendre le départ du Giro cette année après toute la revalidation et venir s'imposer ici (au Tour de Belgique), c'est très encourageant pour la suite. Nous sommes prêts", a déclaré le coureur à l'issue de la 5e étape finale du Tour de Belgique, remportée au sprint par son coéquipier Mark Cavendish. Evenepoel comptait 45 secondes d'avance au classement général avant de prendre le départ dimanche et après près de 180 kilomètres entre Turnhout et Beringen, les choses n'ont pas beaucoup changé. "C'était une étape très nerveuse. Ma dernière tâche était de bien placer mes coéquipiers dans la dernière ligne droite. C'est très chouette que Cavendish gagne. La semaine se termine comme dans un rêve."

"Incroyable de s'imposer en Belgique avec une telle équipe"

Mark Cavendish (Deceuninck - Quick Step) était aux anges dimanche après sa victoire au sprint à la cinquième étape du Tour de Belgique entre Turnhout et Beringen. "Tout le monde sait que quand vous roulez dans la roue de (Michael) Morkov (son coéquipier, ndlr), vous gagnez. Je n'ai pas beaucoup couru avec lui cette année, mais là, j'ai eu cette opportunité et j'ai gagné."

Outre Morkov, le Britannique a loué ses autres coéquipiers et sa formation en général, "une équipe au sein de laquelle tout le monde rêverait d'évoluer. C'est un sentiment extraordinaire de s'imposer ici en Belgique avec cette merveilleuse équipe belge."

"Battre Caleb (Ewan, Lotto-Soudal), c'est incroyable", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agit d'un des meilleurs sprinteurs au monde.

Interrogé sur une éventuelle participation au Tour de France, le sprinteur est apparu assez irrité. "C'est vous les médias qui spéculez sur cela. Nous verrons bien", a balayé le cycliste de 36 ans qui ajoute une 151e victoire à son palmarès, la 5e cette saison.