Remco Evenepoel entrevoit enfin le bout du tunnel. Après avoir reçu le feu vert pour remonter sur son vélo, le 8 février dernier, le Brabançon a enfin pu effectuer une sortie d'entraînement en extérieur ce vendredi, la première depuis qu'il avait dû mettre le vélo de côté début janvier.

Dans le programme Thuismatch de Sporza, le Belge est revenu sur ces longues semaines d'incertitude depuis le début de l'année : "J'ai commis quelques erreurs de communication envers le docteur, mais nous en avons parlé pour ne plus commettre les mêmes erreurs." À l'époque, Evenepoel avait dissimulé ses douleurs au niveau de la hanche.

Durant cette période, celui qui venait de remporter le Tour de Pologne avant sa chute a commencé à douter : "Si j'ai été inquiet ? Évidemment, surtout quand nous avons remarquer que l'os avait du mal à se consolilder, il y a deux mois. Après la période de repos, on voyait encore que l'os était encore un peu ouvert. Heureusement, cela a évolué positivement. L'intérieur de l'os doit juste encore un peu être renforcé."

S'il veut désormais regarder vers la nouvelle saison, Evenepoel ne peut s'empêcher de se demander ce qu'il aurait réalisé sur le dernier Giro : "C'était le plus dur de devoir manquer le Giro. J'avais tellement hâte de faire mon début en grand tour. J'étais prêt et ma forme était ascendante", regrette le coureur de Deceuninck-Quick Step, "Les premiers jours, j'avais du mal à regarder la course. C'était dommage de regarder l'étape du Stelvio à la télévision. Quand tu vois comment Rohan Dennis a roulé... Mon coeur s'est emballé quand j'ai vu cela. Je me suis vu moi-même dans sa roue en route pour aller remporter le Giro, mais la plupart des rêves sont trompeurs..."

Evenepoel espère certainement, comme beaucoup, que cette année, une telle image ne sera pas un rêve en mai prochain sur le Giro.