Cyclisme

Difficile. Rik Van Slycke, l’un des directeurs sportifs de l’équipe Deceuninck-Quick Step, a plusieurs fois répété ce mot au moment de justifier le choix d’écarter Philippe Gilbert de la sélection du Tour de France. 

Où la formation de Patrick Lefevere comptera sur Julian Alaphilippe et Enric Mas, qui seront épaulés par Dries Devenyns, mais aussi Elia Viviani, qui sera protégé par Michaël Morkov et Maximiliano Richeze, tandis que Kasper Asgreen et Yves Lampaert devront rouler. "Cela a été une décision très difficile à prendre, mais elle a été prise à l’unanimité au sein de l’équipe", explique Rik Van Slycke. 

"Notre but, c’est d’avoir la meilleure équipe en fonction de nos besoins sur le Tour de France. Nous pensons que nous avons pris la meilleure équipe. Nous avions neuf gars prêts, mais nous avons dû en choisir huit. En fonction de nos leaders Elia Viviani pour les sprints, Enric Mas pour le classement général et de Julian Alaphilippe un peu partout. Nous avons aussi besoin de rouleurs par rapport au contre-la-montre par équipe à Bruxelles. Nous estimons donc que c’est une équipe bien balancée. Et puis, c’est aussi par respect pour Phil que nous ne l’avons pas pris. Car on ne peut pas demander à un tel coureur de rouler en tête de peloton et de contrôler les échappées dès le kilomètre zéro !"