Revenu des Championnats du monde d’Imola avec deux nouvelles médailles (l’argent pour Van Aert dans le chrono et la course en ligne) dans ses bagages, Rik Verbrugghe y a laissé une très bonne impression à un noyau de coureurs qu’il a totalement fédéré autour de la carte Van Aert. Mais le sentiment est-il le même au sein de Belgian Cycling ? En fin de contrat avec la fédération belge, le sélectionneur national avait plutôt mal digéré son renvoi du dernier Euro de Plouay pour être sorti de la ‘bulle équipe’ lors d’un repas dans un restaurant extérieur à l’hôtel de l’équipe et lors duquel il avait pris soin de respecter les gestes barrières. Un événement qui a, un temps du moins, installé une forme de tension entre l’ancien vainqueur de la Flèche Wallonne et sa hiérarchie.

Accaparée ces derniers jours par les championnats du monde de mountainbike à Leogang, en Autriche, la direction technique a prévu de se mettre à table avec Verbrugghe dans la semaine afin de discuter de l’avenir puisque celui-ci arrive au terme de son contrat. Un rendez-vous qui vient à point nommé puisque le sélectionneur national jouit de l’intérêt de deux équipes WorldTour. Si le nom d’AG2R-La Mondiale avait un temps circulé dans une forme de déduction après l’annonce du transfert de Greg Van Avermaet, beau-frère de Verbrugghe, la piste la plus chaude pourrait être celle menant à Cofidis où Cédric Vasseur apprécie les compétences du Belge qu’il avait déjà approché l’année dernière.

“Il y a effectivement de l’intérêt de certaines équipes WorldTour mais je veux d’abord me mettre à table avec la fédération pour envisager l’avenir avec eux”, nous a confiés Rik Verbrugghe lundi.