Jurgen Van den Broeck a démontré sa forme actuelle avant la dernière étape

LE COLLET D’ALLEVARD La montée du Collet d’Allevard, où l’Espagnol Joaquin Rodriguez a gagné la sixième étape du Critérium du Dauphiné, s’est avérée favorable au leader, le Britannique Bradley Wiggins, qui a résisté à ses adversaires. Dans la station de l’Isère (Alpes françaises), adossée au massif de Belledone à l’altitude de 1422 mètres, Wiggins n’a lâché que quelques secondes à ses rivaux directs, le Belge Jurgen Van den Broeck et le Kazakh Alexandre Vinokourov.

Wiggins a effectué l’ascension finale (11,2 km à 8,4 % de pente) à son rythme, sans réagir aux multiples démarrages qui ont ponctué les 7 derniers kilomètres après l’effacement du Norvégien Edvald Boasson Hagen, chargé de dicter un rythme très élevé au pied de la montée. Le grimpeur néerlandais Robert Gesink, qui avait décidé de se tester dans cette étape après plusieurs journées d’entraînement, a mis le feu aux poudres à 6,5 kilomètres de la ligne. L’accélération a condamné l’Espagnol Samuel Sanchez et l’Italien Ivan Basso, qui ont ensuite grimpé à leur allure pour concéder respectivement plus de trois et quatre minutes. Mais Gesink a été à son tour débordé par Rodriguez, seul en tête dans les cinq derniers kilomètres. À l’arrivée, le Néerlandais, rejoint entre-temps par Van den Broeck et par le Français Christophe Kern, s’est adjugé la deuxième place, à une trentaine de secondes de Rodriguez. Vinokourov n’a distancé Wiggins que dans les 600 derniers mètres pour lui prendre finalement 4 secondes. Mais le Kazakh a grimpé d’un rang au classement général en délogeant de la troisième place le Slovène Janez Brajkovic. Passé près du succès à plusieurs reprises dans les classiques et dans le Giro, Rodriguez a renoué avec le succès, son 2 e de la saison après une étape du Tour du Pays Basque. “Je n’avais pas attaqué au bon moment les autres fois” , a estimé le coureur de Katusha à propos de ses échecs précédents. “À 5 kilomètres, aujourd’hui, c’était bon”. S’il a expliqué être sorti fatigué du Giro , l’Espagnol a ajouté qu’il tenait à ce succès avant de prendre des vacances à partir de lundi. Il s’est replacé dans la course au podium à la veille de l’arrivée (6 e ). Car la dernière étape, longue de 117,5 kilomètres à partir de Pontcharra, concentre les difficultés. Le parcours escalade le Glandon, un col hors catégorie qui est un classique du Tour, avant la montée finale vers La Toussuire (14,8 km à 5,8 %).



© La Dernière Heure 2011