Cyclisme L'Australien ne s'attendait pas à ce que l'affaire prenne une telle ampleur.

L'abandon de Rohan Dennis sur les routes du dernier Tour de France avait provoqué énormément de réactions lors de la  douzième étape, entre Toulouse et Bagnères-de-Bigorre. Alors que le peloton arrivait au point de ravitaillement quelques kilomètres avant le pied de la première difficulté du jour, le Col de Peyressourde, on apprend via Radio Tour que l'Australien Rohan Dennis a abandonné la course. Très vite, son équipe tweete qu'elle n'est au courant de rien et qu'elle ne sait pas où se trouve son coureur. 

Quelques heures plus tard, le champion du monde du contre-la-montre est vu non loin de la ligne d'arrivée en compagnie de son agent. S'il refuse de réagir, tout porte à croire que son abandon n'est pas dû à un problème physique mais plutôt au fait qu'il n'est pas satisfait de son matériel et qu'il ne souhaite pas continuer à moins de 24 heures du contre-la-montre de Pau où il faisait figure de favori.

Pendant deux mois, on est resté sans nouvelle du coureur qui est rentré chez lui en Australie pour préparer en toute discrétion les championnats du monde. Mais en début de semaine, il s'est confié dans une longue interview au journal local Adelaïde News, dans laquelle il explique les raisons de son abandon. " Ce n'était pas prémédité, j'avais parlé à mon manager avant le début et nous nous sommes mis d'accord pour terminer l'étape et traiter de tout le reste après. Je savais qu'en me retirant, j'aurais dû faire face aux réactions négatives. Mais je ne m'attendais à ce que cela prenne une telle ampleur", explique-t-il au quotidien australien.

En gardant le mystère autour de son abandon, Rohan Dennis a lu toutes sortes de choses sur les réseaux sociaux, " J'ai lu tout ce qui a été publié au sujet de mon abandon et comme je n'ai donné aucune réponse, les gens ont commencé à envoyer des messages à ma femme. C'est pour cela que j'ai supprimé mon compte Twitter."

Prévu sur la Vuelta pour perfectionner sa condition en vue des championnats du monde, l'équipe a finalement refusé de l'aligner. Malgré tout, Dennis espère bien défendre son titre au Yorkshire et croit en ses chances : " Physiquement, je suis au même niveau que l'an dernier et j'ai obtenu mes meilleurs résultats lors de mes derniers tests de puissance, il y a deux semaines. Mentalement par contre, c'est parfois difficile mais je crois encore que je peux gagner."  Dennis participera aux championnats du monde du contre-la-montre avec un vélo "sans marque" fourni par la fédération australienne pour qu'il " puisse se trouver dans la meilleure position pour l'emporter."

Même s'il se sent prêt, sa préparation chaotique fera en sorte que l'Australien ne sera pas à 100% au départ du Mondial chrono dans deux semaines, ce qui pourrait avantager les coureurs belges dont un certain Remco Evenepoel.