Sur la Ruta del Sol, Merckx aurait pu revendiquer le succès final, jeudi, si les Belges de Cofidis...

GRENADE Il n'y a pas à dire, Axel Merckx a les jambes en ce début de saison. Le Bruxellois l'a démontré tout au long de la Ruta del Sol, qui s'est achevée hier à Grenade. "Jusqu'à six bornes de l'arrivée, j'étais même leader virtuel", précise-t-il. Lundi déjà, dans la première étape de moyenne montagne, Axel avait évolué un cran au-dessus de ses pairs, terminant 3e. Et hier, à l'occasion d'une journée qui prévoyait notamment l'ascension d'un col de première catégorie, l'ancien champion de Belgique figurait à nouveau parmi les principaux protagonistes. "En compagnie, entre autres, d'Erik Dekker et de Laurent Jalabert, je suis passé à l'attaque dans ce col, dont le sommet se situait à 57 km de l'arrivée. J'ai fait la course en tête. Derrière, les formations espagnoles comme Colchon Relax (l'équipe du leader Colom), Maya et Ibanesto ont essayé d'imprimer un rythme d'enfer, mais sans succès."

Court-circuité par Peers

Bref, Axel Merckx se dirigeait vers la victoire finale dans ce Tour d'Andalousie. Seulement voilà: ses plans allaient être court-circuités par la... colonie belge des Cofidis. "Chris Peers n'avait manifestement pas envie que je m'impose sur cette Ruta del Sol puisqu'il a accéléré la cadence dans les dix dernières bornes. A priori, c'était pour emmener le sprint à Jo Planckaert. Comme si ce dernier aurait pu prendre le meilleur sur Zabel dans un éventuel sprint massif. Disons surtout qu'il a ramené les Espagnols."

La sempiternelle rivalité qui existe entre les Belges dans le peloton aura donc privé le coureur de l'équipe Domo d'un succès qui n'aurait pas fait tache sur sa carte de visite. Mais bon: l'essentiel, aujourd'hui, réside certainement ailleurs et plus précisément dans cet excellent état de forme que véhicule le Bruxellois. "C'est le fruit du travail hivernal que j'ai accompli. Le fait de m'être mis à l'écart en compagnie de mes proches m'a aussi fait le plus grand bien."

Hier soir, Axel est retourné à Monaco. Il retournera la semaine prochaine en Espagne pour participer au Tour de Valence, cette épreuve s'inscrivant en prélude à Paris-Nice. "C'est sûr que j'espère réaliser un truc sur la Course au Soleil . Je croise surtout les doigts afin que la guigne me lâche enfin les basques sur Paris-Nice, ce qui n'a pas toujours été le cas dans un passé récent."

Les esprits chagrins pourraient penser qu'Axel Merckx arrive peut-être un peu tôt en forme, mais l'intéressé balaie d'un joli revers de la main cette réflexion. "Quand tu es en forme, il n'y a vraiment pas besoin de se retenir." Le message est on ne peut plus clair...

5e étape:
Malaga-Granada

1. Erik Dekker (P-B/Rabobank) 157 km/4h08:08
2. Adolfo Garcia Quesada (Esp)
3. Axel Merckx
4. Mikel Zarrabeitia (Esp)
5. Luis Perez (Esp)
6. Erik Zabel (All) 0.09
7. Antonio Colon (Esp)
8. Enrico Cassani (Ita)
9. Javier Pascual Rodriguez (Esp)
10. Serguei Ivanov (Rus)
11. Christian Werner (All); 12. Rinaldo Nocentini (Ita); 13. Peter Van Petegem; 14. Manuel Beltran (Esp); 15. Juan Carlos Dominguez (Esp)... 21. Peter Farazijn; 23. Marc Wauters; 25. Chris Peers; 30. Jo Planckaert; 52. Glenn D'Hollander 2:24; 54. Francesco Casagrande (Ita); 71. Ludo Dierckxsens 12:02; 72. Mario Aerts; 95. Marco Pantani (Ita) 19:37; 111. Jurgen Van Goolen 27:11; 120. Nico Mattan; 134. Andrei Tchmil.
Abandons: 11 coureurs dont Nico Eeckhout

Classement final
1. Antonio Colon (Esp/Relax-Fuenlabrada) 21h17:40
2. Axel Merckx 0:16
3. Javier Pascual Rodriguez (Esp) 0:17
4. Francisco Cabello (Esp) 0:25
5. Alexandr Shefer (Kaz) 0:25
6. Erik Dekker (P-B) 0:33
7. Adolfo Garcia (Esp) 0:38
8. Mikel Zarrabeitia (Esp) 0:38
9. Manuel Beltran (Esp) 0:38
10. Erik Zabel (All) 0:42
11. Angel Edo (Esp); 12. Jo Planckaert; 13. David Etxebarria (Esp); 14. Juan Carlos Dominguez (Esp) 0:47; 15. Christian Werner (All)... 16. Peter Farazijn 0:47; 21. Marc Wauters 1:28; 26. Francesco Casagrande (Ita)3:02; 31. Glenn D'Hollander 4:56; 39. Chris Peers 11:57; 41. Peter Van Petegem 12:11; 77. Mario Aerts 30:51; 82.
Ludo Dierckxsens 33:27; 93. Nico Mattan 37:41; 98. Andrei Tchmil 38:54; 102. Marco Pantani (Ita) 41:27; 133. Jurgen Van Goolen 54:30.