Andy Schleck affiche une confiance en lui assez impressionnante

LIÈGE Les deux frères Schleck qui donnent une conférence de presse, c'est vraiment quelque chose ! Dès le premier coup d'œil, dès la première question, on sent combien ils sont proches. Quand ils ne réagissent pas directement et ouvertement aux propos de l'autre, ils se susurrent des choses à l'oreille, en luxembourgeois. De toutes les façons, ils se viennent en aide à la moindre hésitation.

Lorsque Frank, par exemple, expliqua à un journaliste américain qu'il voulait faire aussi bien que l'an passé à Liège-Bastogne (les deux frangins se sont classés 3e et 4e, battus par Valverde et Rebellin), Andy a tout de suite rectifié : "On va faire mieux qu'en 2008."

On se doute qu'avec une telle connivence existant entre eux, un incident tel que la chute de l'aîné à l'Amstel Gold Race, a dû être douloureusement ressenti par le plus jeune. "Je suis heureux de m'être trouvé à l'avant de la course quand c'est arrivé, explique Andy. Sinon je n'aurais peut-être pas supporté d'assister en direct à ce que des milliers de gens - et ma maman ! - ont vu à la télé. Heureusement, j'ai été très vite rassuré ensuite par Bjärne Riis. "

Pour dimanche, Andy Schleck pense que la Roche-aux-Faucons jouera un rôle important. "Cette bosse, en tant que grimpeur, je l'aime bien et la nouvelle descente est favorable aux attaquants", dit-il avec un clin d'œil. Faut-il y voir une indication ?



© La Dernière Heure 2009