Marc Sergeant est le manager ambitieux de l’équipe Lotto-Belisol

Il n’y a plus de saisons ! On dirait qu’en cyclisme aussi, le réchauffement climatique fait son œuvre. Hier, à Hasselt, l’équipe Lotto-Belisol, version 2013, a gagné le sprint des présentations alors que l’année civile 2012 comptait encore onze jours.

De retour d’un team building aux Pays-Bas puis d’un premier stage de douze jours en Espagne, l’équipe de Marc Sergeant s’est présentée à la presse, à ses sponsors et à supporters.

Il faut dire que dès le début de l’année prochaine, tandis que la plupart des coureurs seront réunis pour un deuxième camp d’entraînement, une partie du groupe s’envolera déjà vers l’Australie où le Tour Down Under frappera les trois coups de la saison. Ensuite, pour d’autres, c’est au Gabon ou en Argentine que la saison débutera.

“L’objectif en 2013, c’est de faire un peu mieux encore que cette année”, dit d’emblée un Marc Sergeant ambitieux. “On a décidé de placer la barre un poil plus haut un peu partout. Par exemple, pour Jurgen Van den Broeck, on visait ces dernières années le Top 5 au Tour, cette fois, on parle de podium, même si, on le sait, ce sera très, très dur. Toute l’équipe est tournée avec lui vers ce but, on va l’aider, chacun à notre niveau, à y parvenir. Qu’un de nos coureurs soit sur le podium à Paris, c’est un de nos rêves. Maintenant, si c’est pour le maillot à pois ou le maillot vert, c’est bon aussi.”

Outre VDB , qui ne disputera aucune classique ardennaise au printemps, l’équipe belge, qui a gardé quasi le même groupe que cette année, aura évidemment André Greipel, Jürgen Roelandts et Jelle Vanendert comme autres fers de lance.

“Entre le Circuit Het Nieuwsblad et Paris-Roubaix, j’espère que nous pourrons cette fois gagner une grande course”, dit encore Sergeant. “Si c’est le Tour des Flandres ou Roubaix, tant mieux, si c’est une autre grande course, c’est bon aussi. Pour cela, je compte notamment sur Roelandts, victime de la malchance l’an passé (NdlR : fracture d’une vertèbre cervicale). Il a toutes les qualités pour être dans la finale de ces courses. Greipel peut aussi, selon les circonstances, briller dans les classiques, j’en suis sûr. Ensuite, ce sera au tour de Vanendert, dans les Ardennaises, où il a prouvé cette année qu’il pouvait jouer la gagne, puis au Tour pour y aider VDB.”

Le Brabançon attend aussi que plusieurs de ses coureurs progressent encore ou confirment.

“Si Roelandts gagnait une grande course, ce ne serait pas une surprise”, poursuit-il. “J’aimerais que d’autres ne restent pas d’éternels espoirs. Je suis persuadé que l’on peut attendre un bel avenir de Tim Wellens (NdlR : passé pro le 1er juillet dernier, le Limbourgeois a déjà fait ses preuves dans le WorldTour , au Canada et au Tour de Pékin). Il va courir le Giro mais sans pression.”



© La Dernière Heure 2012