Avant les Schleck, d'autres fratries ont fait la légende du cyclisme

MONDORF Depuis plus d'un siècle, le cyclisme a régulièrement été une histoire de famille. Si de nombreux champions, Van Hooydonck, Maertens, Vanderaerden... sont parvenus à trouver une place pour un de leur frère dans leur équipe, il y eut aussi des tandems, voire des trios et même des quatuors de frères très performants.

Au début du siècle dernier, les frères Pélissier, Henri (vainqueur du Tour 1923) et Francis, qu'allait suivre dans les pelotons, mais après leur retraite, Charles, leur cadet, côtoyèrent régulièrement les Heusghem, des Wallons, et les Buysse, des Flamands.

Les frères carolos étaient trois, Louis, Hector et Pierre-Joseph, les Flandriens étaient quatre, Marcel, Lucien (lauréat du Tour 1926), Jules et Cyrille. Fausto Coppi ne se remit vraiment jamais du décès, en course, de son jeune frère Serse, victime d'une chute au Tour du Piémont.

Comme le Campionissimo , Bartali, Moser, Saronni, Cipollini, Baronchelli, Rebellin ont roulé peu ou prou avec un frère. D'autres furent plus performants, commes les quatre frères suédois Pettersson. Gosta, Sture, Erik et Thomas ont enlevé trois fois le Championnat du Monde des 100 km contre-la-montre.

Chez nous, Eric et Roger De Vlaeminck ont dominé le cyclo-cross et réussi, pour le second, une magnifique carrière sur route. Comme les Planckaert, Willy, Walter et Eddy. Pour l'anecdote, on rappelera que lorsque Roger De Vlaeminck s'imposa dans Liège-Bastogne-Liège 1970, il le dut à une manœuvre pas très orthodoxe de son aîné, Eric, qui coinca leurs adversaires dans le tunnel menant au vélodrome de Rocourt où le Gitan n'eut pas besoin de sprinter.



© La Dernière Heure 2009