Ce vendredi, nous vous proposons d'élire le coureur qui vous a le plus déçu en 2019 ainsi que le plus grand exploit réalisé cette saison !

Un sondage qui s'inscrit dans le cadre de notre grand referendum de fin de saison, au cours duquel nous vous poserons d'autres questions sur l'année écoulée. Vous pourrez retrouver tous les résultats de ce sondage dans votre DH et sur DH.be au cours du mois de décembre.

Quel a été l’exploit de l’année ?

La saison écoulée a été riche en grands moments. Voici les cinq exploits que nous avons présélectionnés.

Le record de l’heure de Victor Campenaerts : le 16 avril, le double champion d’Europe de chrono a effacé des tablettes le nom de Bradley Wiggins pour devenir le détenteur du record du monde de l’Heure, en couvrant 55,089 km. Sur la piste mexicaine d’Aguascalientes, l’Anversois a roulé 567 mètres de plus que Sir Bradley.

L’épopée en jaune de Julian Alaphilippe : ce sont quatorze jours que n’oubliera jamais le Français qui fut le principal animateur de la Grande Boucle 2019. Son panache et son tempérament d’infatigable attaquant ont rendu passionnante la 106e édition du Tour.

Le succès d’étape de Thomas De Gendt sur le Tour : sur la route de Saint-Etienne, le Flandrien a réalisé une performance athlétique peu commune. À l’attaque, avec d’autres, depuis le début de l’étape, le coureur de Lotto Soudal fit jeu égal dans la finale de l’étape avec Alaphilippe et Pinot.

La victoire de Remco Evenepoel à la Clasica San Sebastian : l’image restera, celle du Brabançon résistant à la meute des favoris, lancés en vain à sa poursuite dans la finale de la Clasica San Sebastian. À 19 ans, le jeune prodige a réussi un exploit pour enlever le première classique de sa carrière !

La Vuelta prometteuse de Tadej Pogacar : six jours avant son 21e anniversaire, le Slovène est devenu le plus jeune coureur, depuis le Giro 1974, à monter sur le podium d’un grand tour à la Vuelta (3e). Cela en ayant aussi enlevé 3 étapes de montagne.

Quel est le flop de la saison ?

Pour diverses raisons, plusieurs coureurs ont déçu. Il n’y a pas eu que des exploits en 2019. Certains ont en effet complètement manqué leur saison.

La saison décevante de Romain Bardet : il avait fait du Tour, le grand objectif de sa saison, mais des défaillances à répétition ont réduit à néant les espoirs de l’Auvergnat, seulement 15e à une demi-heure d’Egan Bernal. Il s’est consolé avec le maillot à pois de meilleur grimpeur avant d’arrêter sa saison.

La blessure de Tom Dumoulin au Giro : pour le Néerlandais, le Tour d’Italie a tourné au cauchemar. Il visait un 2esuccès, mais chuta dès la 4e étape, se blessant au sérieusement genou avant d’abandonner. Malgré une tentative de retour au Dauphiné, Dumoulin renonça au Tour, puis à la Vuelta.

La fin de carrière de Marcel Kittel : au mois d’août, l’Allemand a annoncé qu’il mettait fin à sa carrière, à seulement 31 ans. Depuis deux ans, l’un des meilleurs sprinters de la dernière décennie, était en proie à des soucis psychologiques. Il a conquis son ultime succès en février au Trophée de Palma.

Le passage fantôme d’André Greipel chez Arkea : le Gorille de Rostock a connu un passage compliqué chez Arkéa-Samsic, au point que son contrat a été résilié après la première des deux saisons prévues. L’Allemand, 37 ans, n’a gagné qu’une seule victoire en 2019, la 6e étape de la Tropicale Amissa Bongo. 

La saison blanche de Jurgen Roelandts : Le Brabançon aurait pu suivre Greg Van Avermaet chez CCC mais il préféra partir chez Movistar. Des blessures et maladies ont perturbé sa première saison dans l’équipe espagnole.