Succès du Slovaque Peter Velits


STUTTGART Le parcours des épreuves sur route des championnats du monde cycliste est-il aussi difficile qu'on a bien pu le dire et l'écrire ? Sans doute, et peut-être est-ce la raison pour laquelle les épreuves disputées chez les dames et les espoirs, ont surtout été intéressantes à la fin, peu de favoris osant partir de loin.


Mais ce sont plus de 50 coureurs espoirs qui se sont disputés le sprint pour le titre samedi après-midi, titre qui est revenu au Slovaque Peter Velits. L'Australien Sulzberger et le Britannique Bellis complètent le podium.

Les attaques ont été timides en début du championnat. Dans les derniers tours, des hommes forts ont cependant essayé d'échapper au peloton. Mollema, le dernier vainqueur du Tour de l'Avenir, Vanedert, le Belge, Spilar, Taaramae ou Rui Costa ont livré bataille dans l'ultime boucle, puis aussi, Julien Simon, un Français, qui, le tout dernier, a cherché à fausser compagnie à la meute. En vain.

Un sprint massif et mouvementé a conclu un mondial globalement décevant jusqu'ici, à l'image de ses organisateurs allemands, soufflant le chaud et le froid, peu à leur affaire et engagés dans un bien triste débat.

Une chute, tout en début du groupe, a provoqué une belle pagaille. Mais il y a un vainqueur, le Slovaque Peter Velits. On l'a vu à l'attaque par moments et il est un des costauds de ce peloton des espoirs. Côté belge, Vanendert a été très présent, mais il ne termine que 52e alors que Nicolas Maes est 19e.