Stijn Devolder (Trek) est resté longtemps aux avant-postes ce dimanche, en compagnie du Suisse Silvan Dillier et du Costaricain Andrey Amador, sur la route de Gand-Wevelgem. L'échappée s'est fait reprendre dans le dernier kilomètre, avalée par un peloton lancé à vive allure. "Je ne peux pas cacher le fait que je sois prêt pour le Tour des Flandres maintenant", a rigolé Devolder. "A Harelbeke (au GP de l'E3, ndlr), nous avons manqué de chance avec cette chute collective qui a piégé Fabian Cancellara. On a fait tout ce qu'on a pu pour le ramener dans le groupe de tête. Finalement, nous n'avons pas reçu de soutien des autres équipes, la victoire était donc impossible. Aujourd'hui, j'étais en course pour la victoire mais ça a échoué. Jusqu'à deux kilomètres de l'arrivée, je crois encore pleinement dans nos chances de gagner mais c'était sans compter l'énorme effort du peloton. La coopération entre nous était très bonne mais malheureusement pas suffisante. Je vais maintenant m'entraîner pour le Tour des Flandres, mon père m'attend sur le cyclomoteur", a déclaré le champion de Belgique.


Arnaud Démare: "Plus satisfait que déçu"

"Globalement, la satisfaction l'emporte sur la déception" a déclaré Arnaud Démare (FDJ.fr), 2e à l'arrivée de Gand-Wevelgem. "Si on m'avait affirmé au départ que je serais deuxième, j'aurais signé des deux mains." "Gand-Wevelgem était l'un de mes objectifs de la saison, j'étais prêt mais Degenkolb était plus fort que moi. Même si je lui ai repris quelques longueurs dans le sprint, il était supérieur. J'ai franchi les 'monts' sans problème, l'équipe a été parfaite. Nous progressons chaque année pour affirmer nos prétentions sur de telles classiques. A 500 mètres, c'était un peu chaud dans le sprint car j'étais près des voitures, cela frottait, mais Delage s'est occupé de moi. J'ai pris la roue de Thor Hushovd quand il a lancé le sprint mais Degenkolb et Sagan étaient déjà là. J'ai tendance à lancer le sprint trop tôt, comme je l'ai fait récemment sur Tirreno-Adriatico (deuxième derrière Pelucchi lors de la deuxième étape). Ici, j'ai fonctionné un peu différemment mais je ne regrette rien, j'apprends et, surtout, j'aime ces courses de pavés."