"L'équipe a fait un travail extraordinaire", a indiqué le champion de Belgique. "Je veux remercier tous les gars pour ce qu'ils ont fait pour nous placer, Christophe Laporte et moi, en position idéale dans la finale. Il était décidé de rester un peu en retrait jusqu'au Paterberg et, là, de se porter à l'avant à deux. C'est ce que nous avons fait. Je remercie Christophe de m'avoir laissé la victoire, comme nous la lui avions laissée dans la 1re étape de Paris-Nice. En fait, il n'y a eu aucune discussion pour décider du vainqueur. Je lui renverrai l'ascenseur pendant la saison. De toute façon, Christophe, ou un autre coureur de l'équipe, aura la chance d'encore lever les bras. Ça représente beaucoup pour moi de m'imposer dans une grande classique flandrienne et j'en suis très fier pour mon équipe."

Wout van Aert a insisté sur la qualité du travail de ses coéquipiers. "C'est très dur et le GP E3 est une des courses les plus difficiles du printemps. Mais la façon de gérer la course m'a montré une fois de plus que notre équipe est vraiment très en forme. Nous avons gagné, certes, mais ce ne fut pas facile. La façon de gagner a, elle, été très particulière. Avant, j'avais l'habitude de me retrouver seul dans le groupe de tête. Vendredi, nous étions trois de l'équipe sur les sept leaders, ce qui fait toute la différence. Nous avons joué le jeu, attaqué souvent dans la finale jusqu'au Paterberg où je suis parti, comme c'était prévu, avec Christophe. Nous ne sommes pas invincibles. Nous devons garder notre concentration, car faire le contraire serait la pire des choses à faire."

"L'an dernier, Quick Step était en bloc au Taaienberg et je pense qu'il faut s'inspirer des bonnes tactiques plutôt que se lancer dans autre chose, ce qui n'a pas de sens. Partir dans le Paterberg a été le bon plan à l'E3. Je ne sais pas si ce serait encore le bon plan lors du prochain Tour des Flandres où il conviendra de conserver son énergie le plus longtemps possible. Nous devons décider de la façon dont nous allons aborder la semaine qui arrive."