Cyclisme Le coureur de l'équipe BMC est suspecté d'avoir eu recours en 2011 aux services d'un docteur sulfureux. Le cycliste belge doit comparaître devant la commission de dopage de l'UCI le 13 mars. BMC a décidé de ne pas suspendre le coureur.

Greg Van Avermaet, 29 ans, est officiellement suspecté de dopage. Le favori du circuit Het Nieuwsblad, qui se tient ce samedi, a reçu vendredi une convocation afin de comparaître devant la commission dopage de la fédération cycliste le 13 mars prochain. Le parquet de la fédération le suspecte d'avoir reçu des injections interdites du "docteur ozone" (qui injecte de l'ozone dans le sang pour augmenter la résistance à l'effort) Chris Mertens, rapportent samedi Het Nieuwsblad et De Standaard.

Greg Van Avermaet nie toute forme de dopage. Ses avocats vont plaider l'acquittement, mais selon les informations des deux quotidiens, le cycliste risque jusqu'à deux ans de suspension. Il n'est pas question d'usage important de produits dopants, comme de l'EPO ou des anabolisants, mais concernerait un produit de récupération. Les faits datent de 2011. Une source fiable compare la situation à celle du vice-champion du monde espoir de cyclo-cross Laurens Sweeck. Het Laatste Nieuws écrit quant à lui samedi que l'enquête relative à "l'ozonothérapeute" Chris Mertens s'enlise. Un seul des 24 sportifs (cyclistes, boxeurs, footballeurs) dont le sang a été comparé avec les perfusions présentes chez le docteur s'avère positif, selon les documents qu'a pu se fournir le quotidien.

Au départ ce samedi

La participation de Greg Van Avermaet au Circuit Het Nieuwblad, dont il est l'un des grands favoris, n'est pas remise en cause. Son équipe BMC a publié un communiqué dans lequel, elle explique ne pas suspendre Van Avermaet. L'équipe BMC affirme avoir été avertie samedi par la fédération belge de cyclisme que Greg Van Avermaet devrait comparaître dans le cadre de l'enquête sur le docteur Chris Mertens.

BMC explique qu'une enquête interne est menée au sein de l'équipe, et qu'aucun élément ne permet de penser que les règles ont été violées par Greg Van Avermaet. Sur base de ces informations, l'équipe a donc décidé de laisser le coureur belge courir normalement jusqu'à nouvel ordre.