Le Gantois a donné une très belle impression sur les pavés et dans les offensives, même s’il doit se contenter de la deuxième place. “J’avais besoin de cette course, car il ne s’agit que de ma sixième épreuve de la saison, et je suis satisfait de mes sensations”, raconte l’ancien vainqueur des Strade Bianche, devancé au sprint par Mathieu van der Poel, le seul capable de suivre l’offensive du Belge dans le final.  “Cela a été une course intense, avec… une longue fin de course au sein de la bonne échappée. Il y a eu plusieurs attaques. Il fallait jouer un peu au poker. Avec un peu plus de réussite, j’aurais pu aller chercher la victoire si cela avait hésité un peu plus longtemps après mon attaque. Mais Mathieu était directement dans ma roue. Face à lui, je savais que cela aurait été compliqué. J’aurais préféré que ce soit un autre adversaire avec moi, à l’avant.”

Van Avermaet: “Le Ronde me conviendra mieux”

Une crevaison a empêché Greg Van Avermaet de s’emparer d’une place dans le top 10. Un résultat qui aurait confirmé le retour du champion olympique de Rio. Le coureur d’Ag2R avait manqué la bonne échappée, mais derrière ceux qui luttèrent pour la victoire, il fut, avec Pogacar le plus entreprenant à essayer de revenir. “J’ai été surpris quand le groupe est parti, la course a explosé au 110e km, j’étais un peu trop loin à cause des chutes”, expliquait-il. “Je n’étais pas mauvais, mais pas super. Encore une fois, le Tour des Flandres doit mieux me convenir car ce sera plus long et plus dur. J’ambitionne de finir parmi les dix premiers.” Van Avermaet a tenté de faire la jonction avec les coureurs partis en contre (Pidcock, Benoot, Campenaerts, van der Poel, Küng et Turner). “Pogacar était bien, il m’a passé sur le Kanarieberg très fort, un peu trop sans doute, car il n’est jamais rentré et aurait mieux fait d’attendre deux ou trois coureurs pour revenir avec lui. Plus loin, malheureusement, j’ai crevé de la roue avant sur les pavés au Nokereberg et j’ai dû laisser filer le groupe.”