Comme pour l’ensemble des spécialistes des classiques, Tim Wellens abattra ce dimanche sa dernière carte. Du Circuit Het Nieuwsblad jusqu’à la Flèche wallonne, mercredi, le coureur de Lotto-Soudal a finalement obtenu son meilleur résultat lors des Strade Bianche (13e), bien loin des espoirs affichés avant la saison. Pour les huit principales courses d’un jour du printemps (il n’a couru ni le G.P. E3 ni Gand-Wevelgem), il s’agit d’un bilan mitigé.

"C’est vrai, dit le Trudonnaire, ni bon ni mauvais."

Wellens avait pourtant bien entamé la saison avec un succès d’étape puis le classement final d’une Étoile de Bessèges pourtant très relevée cette année. Il s’est aussi classé 7e de la très difficile édition de Tirreno-Adriatico.

Le Limbourgeois sait bien que dimanche il ne peut concurrencer les grands favoris à la pédale.

"Il faudra anticiper, assure-t-il comme il l’avait déjà dit avant et fait pendant la Flèche wallonne. Si je peux ainsi me retrouver devant les prétendants quand ils commenceront la bagarre, je peux sans doute espérer un bon résultat. Mais je devrai attaquer de plus loin qu’à la Flèche (NdlR : il avait essayé de sortir dans l’avant-dernière difficulté). Il faut alors espérer que les bons hommes, des bonnes équipes, se trouvent devant et alors, peut-être que quelque chose sera possible. "