La quatrième des huit étapes de la course italienne, avec plusieurs ascensions dans la seconde partie de ses 194 km, a permis à plusieurs des favoris de tirer leurs premières banderilles. Mais elle aussi confirmé les difficultés de Vincenzo Nibali et surtout de Chris Froome, relégué à près de dix minutes du vainqueur du jour, après avoir accusé la veille un retard de plus de 18 minutes sur la ligne.

Un anonymat inhabituel pour le quadruple vainqueur britannique du Tour de France, même s'il n'est venu sur Tirreno-Adriatico que pour aider son leader Geraint Thomas.

L'état de forme de Froome, qui affirmait mardi dans la presse avoir "plusieurs années de cyclisme" devant lui en dépit de sa mise à l'écart du Tour de France cette année, interroge à un mois et demi du Tour d'Espagne où il est censé être le leader d'Ineos.

L'ultime difficulté du jour, à moins de 20 km de l'arrivée à Cascia (Ombrie) , a donné une première idée des états de forme chez les candidats pour la victoire finale. A la tentative de Simon Yates, sur les pentes à 10% de l'Ospedaletto, les seuls à pouvoir répondre ont été Woods, décidé à défendre son maillot, Geraint Thomas, Alexandr Vlasov et Rafal Majka.

Le regroupement dans la descente finale vers Cascia a fait les affaires de Lucas Hamilton et de Fausto Masnada, qui se sont envolés à 5 km de la ligne. L'Australien de la Sunweb, plus rapide, n'a laissé aucune chance à Masnada d'offrir à l'Italie sa première victoire d'étape sur la "Course des deux mers" 2020.

Woods, qui sera l'an prochain le coéquipier de Froome chez Israël-SN, a conforté son maillot de leader en terminant 3e de l'étape, à 10 secondes, avec dans sa roue notamment Vlasov, Thomas, Majka, Yates.

Au classement général, Woods possède désormais 9 secondes d'avance sur Majka et 18 sur Masnada. G. Thomas, Yates et Vlasov pointent à 34 secondes.

A mi-parcours de Tirreno-Adriatico, les écarts commencent à se creuser pour Jakob Fuglsang, repoussé 1'28 du leader et Vincenzo Nibali, encore une fois à la peine dans les pentes jeudi et relégué à plus de 2 minutes.

L'explication en montagne se poursuit vendredi avec l'ascension finale exigeante vers Sassotetto, dans les Marches, qui va proposer aux coureurs 14,2 km à 5,8% de moyenne, avec un passage à 12%.