Nos confrères du Laatste Nieuws ont réalisé une interview croisée de Tom Boonen et Mathieu Van der Poel.

Les deux hommes sont, comme toute l'Europe ou presque, en confinement. "En fait, un cycliste vit toujours un peu en quarantaine. Je suis habitué à ce régime. Ce qui manque le plus, ce sont les objectifs et les courses" explique ainsi VDP, qui continue à s'entraîner avec son frère ou avec Stybar, qui habite le village voisin du sien.

Tom Boonen continue à rouler à vélo, lui aussi: "J'espère qu'on pourra continuer à le faire contrairement à la France. Je ne vois pas où est le problème tant qu'on roule deux par deux maximum, avec la distance requise entre nous. Je m'occupe aussi de mon jardin, qui a besoin d'un grand nettoyage de printemps. Je n'ai pas encore terminé, j'espère presque que le confinement durera encore suffisamment longtemps pour que je termine cette tâche. Cela fait du bien de se reposer un peu, de voir nos agendas se vider. Finalement, ce virus permet de constater que certaines choses peuvent être faites différemment."

Van der Poel ne peut qu’acquiescer: "Tu as raison, Tom. Depuis quelques années, je passe d'objectifs en objectifs. Cet arrêt forcé, c'est l'occasion de souffler un peu mentalement." Quant à savoir quelle tournure prendra le calendrier cycliste 2020, c'est une autre histoire: "J'espère toujours rouler des classiques cette année, je suis d'ailleurs prêt à leur donner la priorité sur la prochaine saison de cyclo-cross. Mais je ne voudrais pas être celui qui devra les reprogrammer".

Pour Boonen, "Un Tour des Flandres en automne, ce n'est plus un Tour des Flandres. On ne pourra pas recaser en quelques mois toutes les courses de l'année. A partir de là, lesquelles faut-il sacrifier? Pour moi, il vaut mieux balayer cette saison et recommencer l'année prochaine... D'ailleurs, ASO qui veut rester au-dessus des autres et cherche à maintenir le Tour, je trouve que ce n'est pas réaliste".