Au lendemain du Circuit Het Nieuwsblad, où il a souffert des conditions météo, Tom Boonen a réussi à décrocher un 3e succès dimanche dans Kuurne-Bruxelles-Kuurne.

"Le sprint a été un peu déroutant. J'ai pensé que Sep Vanmarcke de Belkin allait disputer le sprint mais ce ne fut pas le cas", a confié Tom Boonen.

"Je voulais lancer le sprint le plus tard possible, à 100 m de la ligne, parce que le vent était de face mais finalement je suis parti plus tôt. Moreno Hofland est revenu mais j'ai réussi quand même à tenir. Nous étions à cinq (Omega Pharma-Quick Step) en tête. Je pensais que les punchers Sep Vanmarcke et Maarten Wynants allaient encore tenter quelque chose dans la finale mais le vent ne l'a pas permis. Nous avons réussi a bien conclure et éviter la grosse honte."

"Nous avons lancé la course dans le Vieux Quaremont sous l'impulsion de Stijn Vandenbergh. Je me sens beaucoup mieux que hier. Je ne peux plus supporter le froid et la pluie. Aujourd'hui, les conditions météo me convenaient beaucoup mieux. Hier nous avons connu 'un accident de parcours'. A Kuurne, on a corrigé notre faute collectivement."


Herman Frison (Lotto-Belisol): "Notre week-end n'a pas été bon"

L'équipe Lotto-Belisol n'a pas été à la fête lors du week-end d'ouverture de la saison cycliste belge. Après la déception samedi au Circuit Het Nieuwsblad, où le meilleur résultat de l'équipe est la 13e place de Jurgen Roelandts, la formation WorldTour belge n'a pu se rattrapper dimanche à Kuurne-Bruxelles-Kuurne.

L'objectif était de lancer le sprint pour André Greipel, mais les Omega Pharma-Quick.Step et les Belkin en ont décidé autrement.

"Nous savions que le secteur avec la Côte de Trieu et le Vieux Kwaremont serait crucial et que nous devions y être avec Greipel et quelques coureurs, dans l'optique d'un sprint", déclare Herman Frison, directeur sportif de Lotto-Belisol. "Nous n'avons pu concrétiser nos ambitions. Greipel était bien placé dans le Vieux Kwaremont, mais il a ensuite perdu quelques places et n'a pu faire partie de l'échappée décisive. Lars Bak et Jurgen Roelandts ont commencé à chasser, en vain cependant".

"Notre week-end n'a pas été bon, mais ces deux jours ne représentent qu'une partie de la saison", poursuit Frison. Nous nous tournons maintenant vers d'autres courses, où nous aurons de nouvelles chances. Nos prochains objectifs sont Paris-Nice et Tirreno-Adriatico. Nous serons sur ces deux courses avec une partie des coureurs engagés ce week-end".


Deuxième dans un sprint derrière Boonen, ce n'est pas une honte pour Moreno Hofland

Le jeune sprinter qui monte, c'est le Néerlandais Moreno Hofland. Le coureur de l'équipe Belkin a pris la deuxième place de Kuurne-Bruxelles-Kuurne (1.1) dimanche et comme il le dit lui-même, "être battu par Tom Bonnen n'est pas une honte".

"Je me sentais un peu enfermé dans le sprint, cela allait de droite à gauche et quand j'ai su me placer, c'était trop tard", a expliqué Moreno Hofland, 22 ans, en racontant son sprint. "J'ai été un peu pris au piège et Tom Boonen a filé à ce moment là. J'ai d'abord voulu accrocher sa roue, mais il était trop fort de toute façon. Je n'ai pas su le remonter, au contraire d'ailleurs. Mais il ne faut pas être déçu quand on perd contre Boonen."


Sep Vanmarcke, 3e, puise de la confiance dans ses places d'honneur

Avec une 4e place au Circuit Het Nieuwsblad samedi et une 3e place à Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche, Sep Vanmarcke (Belkin) peut se montrer satisfait de son week-end. Il puise en tous les cas de la confiance dans ses places d'honneur.

"En soi ce sont de belles places d'honneur, mais je cours pour gagner et j'aurais bien voulu mettre une victoire de côté pour moi", regrettait tout de même Sep Vanmarcke. "L'équipe a fait deux courses de rêve, deux jours de suite. Aujourd'hui, nous étions trois de l'équipe aux avant-postes. Bien sûr, Omega Pharma-Quick.Step avait 5 coureurs dans le groupe. Moreno Hofland a gagné un sprint massif le week-end dernier à la Ruta del Sol et c'était bien sûr notre carte pour le sprint. J'aurais bien voulu attaquer dans le final, mais au moment de démarrer, Johan Vansummeren s'est mis à côté de moi. Cela a foutu mes plans en l'air. Guillaume Van Keirsbulck y est allé, il m'a vu dans sa roue, mais je ne pouvais pas encore passer, j'aurais pris le vent de face. Puis c'est Boonen qui a fait parlé sa puissance. Et Hofland a fini juste derrière. Je puise toute de même de la confiance dans ces places d'honneur et je dois continuer à travailler dur, comme je le fais pour l'instant", a conclu Sep Vanmarcke.