Tom Boonen, hier, s’est entraîné 5 heures, sur le parcours du Ronde

GAND Beaucoup de monde, hier, comme d’habitude, à la conférence de presse de Tom Boonen. Comme il avait décidé de faire l’impasse sur les Trois Jours de La Panne, l’Anversois avait avancé sa rencontre avec la presse de 24 heures, histoire aussi d’être plus tranquille dans les quelques jours précédant l’un de ses plus grands rendez-vous de l’année.

“Je ne suis pas mécontent du tout d’avoir renoncé à La Panne”, commençait le champion de Belgique. “Quand je vois le temps, je me dis que j’ai fait le bon choix. Il est vrai que si la météo est clémente, c’est un avantage indéniable de courir à La Panne avant le Tour des Flandres. Mais pas dans la situation inverse.” Autrement dit, celle que nous connaissons cette semaine...

Boonen a donc opté pour une semaine de récupération avec, hier, un entraînement de 5 heures, sans flâner, alliant reconnaissance et tests sérieux dans certains tronçons ou bergskes. “Et je peux vous dire que la reconnaissance était plus que nécessaire car j’avais l’impression de ne plus reconnaître mon Ronde. Je pense sincèrement que ceux qui ne se seront pas entraînés sur le parcours auront un problème dimanche prochain. On pourrait assister à une course moins tactique, avec une finale plus dure, où les favoris s’affronteront les yeux dans les yeux.” À la force des mollets !

Alors qu’on lui demandait avec qui il n’avait surtout pas envie d’aborder la dernière ligne droite de Meerbeke, Boonen répondait sans hésitation. “Vraiment, je n’ai peur de personne !” Même pas de Matti Breschel, qui est également un très bon sprinter ? “Même pas. Vous savez, je ne suis pas du genre nerveux. Et je le suis d’autant moins que je sais que je suis bon pour le moment. Bien sûr, je ne suis pas le seul, mais c’est ce qui rend la course plus belle. Ce qui a changé ces dernières années, c’est que s’il y a toujours 4 ou 5 grands favoris, la force générale des équipes s’est accrue. Ainsi, je crois que l’équipe Saxo Bank a, certes, deux leaders, mais elle est aussi très forte dans son ensemble. De même, je me méfierai aussi du bloc Liquigas, qui n’a certes pas vraiment de grands chefs de file (NdlR : il parle de spitsen en flamand, littéralement d’attaquants, comme en foot), mais qui est composé entièrement d’éléments en très bonne condition, lesquels peuvent tenter des choses dangereuses dans la finale.”

A contrario, Pozzato pourrait être un peu seul puisque Ivanov est malade. “Oui, mais c’est quand même lui qui a fait le plus grand numéro du week-end passé. Seul, il est resté longtemps à 10 secondes de nous. Et on ne traînait vraiment pas en route.”



© La Dernière Heure 2010