Cette 19e étape devait être la plus longue du Giro 2020, avec 258 kilomètres au compteur entre Morbegno et Asti, dans le Piémont. Une manifestation des coureurs a toutefois entraîné une diminution drastique de la 19e étape, raccourcie de plus d'une centaine de kilomètres. Un nouveau départ à été fixé à 13h30 à Abbiategrasso, au nord de Milan, pour un nouveau tracé de 124,5 km.

Les discussions avaient déjà démarré jeudi soir et les coureurs menaçaient de ne pas prendre le départ en raison de la longueur de l'étape au lendemain d'une grosse épopée en montagne avec le passage du Stelvio. Les conditions météos annonçaient en outre beaucoup de pluie vendredi. Un compromis avait été trouvé avec une réduction du nombre de kilomètres.

Samedi, la 20e et avant-dernière étape reliera Alba à Sestrière sur 190 km. Le parcours de l'étape, qui devait passer par la France, a été modifié en raison des dispositions liées au Covid-19. Le peloton ne traversera finalement pas la frontière, les organisateurs ayant prévu un parcours alternatif, beaucoup moins montagneux, qui privilégie une triple montée vers Sestriere, terme de l'étape.

L'étape devait franchir initialement les cols d'Agnel, à la frontière franco-italienne, à plus de 2.700 mètres d'altitude, et d'Izoard, avant de rentrer en Italie par le col de Montgenèvre et rejoindre la station de Sestriere.

Le 103e Giro se terminera dimanche par un contre-la-montre individuel de 15,7 km entre Cernusco sul Naviglio et Milan.