Victoire du jeune Caucchioli, Azevedo à 3 secondes du rose

REGGIO EMILIA Certes, le roadbook du Giro prévoyait une manche au parcours tourmentée, mais beaucoup ont dû être surpris par le final de cette étape. A l’arrivée, le peloton a terminé morcelé et certains ont rencontré bien des difficultés à achever leur périple. Finalement, entre les favoris, les écarts sont demeurés minimes, mais on s’est aperçu dimanche que ce Tour d’Italie n’avait pas encore trouvé son patron. Le blond Frigo a été sérieusement malmené et ce n’est que de justesse qu’il a conservé un maillot rose dont le Portugais Azevedo l’avait virtuellement dépossédé à une quinzaine de kilomètres du but. En réalité, cela a attaqué tout au long de l’étape, certains, comme Buenahora s’étant retrouvé en tête dès le 11e kilomètre et pratiquement jusqu’à l’arrivée.
Dans l’une des nombreuses côtes, voire petits cols, Pantani a été surpris dans un virage et s’est retrouvé à terre. Très vite, quatre équipiers l’ont attendu. Plus de peur que de mal pour le Pirate qui s’est alors contenté de suivre le mouvement. Celui-ci était orchestré par Frigo et les siens, mais dans les vingt derniers kilomètres, le maillot rose a été mis à dure épreuve. Rebellin et Figueras, puis Azevedo – 5e du général le matin à 19 secondes seulement du leader – se sont dégagés. Ils ont rejoint certains des échappés de l’heure initiale. Parmi ceux-ci, le Mexicain Perez dont on a cru un moment qu’il pouvait devenir le premier coureur de son pays à s’imposer dans une étape du Tour d’Italie. Hélas pour Perez, le jeune italien, Caucchioli, pour une fois libéré de ses obligations vis-à-vis de son leader Gotti, voulait tout autant cette victoire. Caucchioli est revenu sur Perez et l’a immédiatement laissé sur place, filant vers le succès d’étape.
Derrière, la bataille était tout aussi vive, Azevedo, avec l’aide des Banesto Arrieta et Osa, rejoignait le groupe de Rebellin et Figueras. Mais pour trois petites secondes, il ratait le maillot rose de Dario Frigo, tout heureux d’avoir pu compter sur le concours de quelques autres formations, dont Mapei, pour colmater les brèches. Le Tour d'Italie demeure excessivement indécis. Il faut encore patienter plusieurs jours avant d’en arriver aux étapes réellement sérieuses et, sans doute, décisives.

L'étape:
1. Pietro Caucchioli (Ita/Alessio), 4.54.23
2. Rebellin à 0.33
3. Gonzalez
4. Figueras
5. Osa
6. Arrieta
7. Acevedo à 0.35
8. Buenahora
9. Perez
10. Di Luca à 0.50
11. Frigo

Classement général

1. Frigo
2. Azevedo à 0.03
3. Olano à 0.14
4. Simoni à 0.15
5. Belli à 0.19