"Tout ce qui compte pour les coureurs, c'est de remonter sur le vélo et de repartir. S'ils sont capables de le faire, on élimine d'emblée un gros traumatisme crânien", a expliqué la responsable du service médical, le Dr Florence Pommerie, au départ de la 14e étape à Clermont-Ferrand.

"Notre protocole interne fait qu'on suit le coureur après sa chute. Pour Romain Bardet, il n'a pas eu de perte de connaissance initiale et l'examen auquel on a procédé quand on est arrivé était cohérent", a-t-elle ajouté.

Le Dr Paul-Henri Jost, réanimateur en neurochirurgie, qui a suivi Bardet ensuite, a apporté des précisions: "Il a réintégré le peloton et s'est laissé glisser à la voiture médicale une bonne vingtaine de minutes après sa chute. Il nous a tenu un discours précis, il a demandé des antalgiques en citant correctement leurs noms. Ce sont des éléments rassurants dans un examen neurologique."

Le Français a terminé l'étape en bonne place, en lâchant 2:30 seulement au maillot jaune, le Slovène Primoz Roglic, malgré la difficulté du final sur le Puy Mary. C'est seulement sur la route du retour vers l'hôtel que l'Auvergnat a donné des signaux plus alarmants.

"Dans la voiture en descendant vers Clermont, il a demandé qu'on s'arrête et il a vomi. On avait déjà prévu un scanner. On y est allé direct. Il avait des troubles, il était plus lent que d'habitude", a précisé samedi le patron de l'équipe AG2R La Mondiale, Vincent Lavenu, en liaison avec le médecin du groupe français, le Dr Eric Bouvat.

"Le médecin d'équipe a un rôle très important car on peut très bien n'avoir aucun signe bizarre au début", a confirmé le Dr Pommerie.

Interrogé enfin sur le geste de Bardet, se relevant en deux temps après sa chute, la médecin-chef du Tour a répondu en soulignant la spécificité du cyclisme par rapport à un sport qui se joue dans un stade, tels le rugby ou le football: "On est toujours un peu vaseux quand on chute à 40 km/h minimum... Nous ne l'avons pas empêché de repartir parce qu'il n'y avait pas de signes cliniques. Ce qu'il nous a dit était cohérent et il a montré de la vigilance pour remonter sur le vélo et reprendre place dans le peloton."