Trois exclus avant le départ !

J.G.

Ivanov, Brasi et Hauptman recalés

FUTUROSCOPE Ils sont pourtant prévenus depuis longtemps. Avant le départ du Tour, comme avant chaque épreuve majeure du calendrier cycliste, l'Union Cycliste Internationale procède à des contrôles sanguins. L'ensemble du peloton s'y est soumis. Le but: vérifier si le taux d'hématocrite des coureurs n'est pas trop élevé, signe qu'il y aurait, éventuellement, usage d'un produit dopant, l'EPO en particulier.
Or, trois coureurs ont franchi la limite de 50 imposée par l'UCI: le Russe Sergei Ivanov de l'équipe Farm Frites, l'Italien Rossano Brasi de Polti et le Slovène Andrej Hauptman de Vini Caldirola. Les trois hommes ont été avertis qu'ils étaient refusés au départ. Evidemment, comme à chaque fois dans pareil cas, ces hommes ont affirmé leur innocence, leurs directeurs sportifs respectifs étant, pour leur part, bien ennuyés. En dehors de la mauvaise impression que laissent ces exclusions, leur équipe est amputée d'une unité avant même le premier coup de pédale.
Rappelons que contrairement à ce qui avait été espéré par les organisateurs et les instances internationales du cyclisme, le dépistage systématique de l'EPO n'est pas d'application dès le départ de ce Tour. Des analyses seront néanmoins effectuées après l'épreuve, des sanctions pouvant être prises plusieurs semaines après l'arrivée finale. En souhaitant qu'on n'en arrive pas là. Même si un taux d'hématocrite dépassant la limite fixée par l'UCI n'est pas synonyme de dopage, ce qu'oublie parfois, l'exclusion de ces trois hommes démontre que tout n'est pas encore résolu. Loin de là...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be