L'analyse de Jean-Luc Vandenbroucke

"Le premier grand match du Tour"

"Pas la peine de s'attarder sur cette étape de lundi, même s'il faut, bien entendu, donner un grand coup de chapeau à Steels. Tom est bien le plus rapide du peloton. L'absence de Cipollini combinée à la méforme de Blijlevens lui facilite encore la tâche. Comme il est parti, il augmentera encore son capital de succès d'ici Paris. Il y a quelques années, on considérait Zabel comme un très grand sprinter. Il est devenu un grand coureur de classiques, mais il a assurément perdu en vélocité. En sprint pur, il est nettement barré par Steels aujourd'hui."
"Il paraissait évident que cette étape allait être placée sous le signe du grand match de ce mardi. Cette fois, les favoris vont devoir sortir de leur tanière. Je suis heureux que les organisateurs remettent la formule du contre-la-montre par équipes au goût du jour. J'estime qu'il s'agit d'une manche très spectaculaire qui a tout à fait sa place dans le contexte d'un grand tour."
"Mes favoris? Les équipes US Postal d'Armstrong, Telekom d'Ullrich et Once de Jalabert et d'Olano. L'empoignade risque d'être belle. Quant aux autres, ils doivent s'accrocher. La perte maximale est bloquée à sept minutes en vertu du règlement. Cela signifie qu'il faut perdre 1 minute par tranche de dix kilomètres. Même les formations les moins performantes devraient être capables de rester sous le seuil des sept minutes."
"Le maillot jaune de David Millar est évidemment en péril. Les Cofidis ont déjà roulé deux contre-la-montre par équipes, l'un dimanche et l'autre ce lundi. Ils devraient payer ces efforts. Ce que Millar a eu, personne ne lui peut lui reprendre. Mais je suis impatient de connaître le verdict de cette 4e étape. Le Tour, nécessairement, va prendre tournure!"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be