Lance Armstrong... Gunderson!

Philippe Van Holle


Pour la première fois, le père biologique du sextuple vainqueur du Tour s'exprime à travers les médias

NOIRMOUTIERS Lance Armstrong et sa mère Linda ont un lien indestructible. Le champion a une admiration sans borne pour sa maman qui a assuré son éducation, malgré quatre mariages et une vie difficile, parsemée d'embûches, surtout dans sa première partie. Quatre mariages, c'est aussi le lot du premier époux de Linda, le père biologique d'Armstrong, Eddie Gunderson, un Texan aux origines norvégiennes (par son grand-père) qui ressemble très fort, physiquement, à son fils. «Par contre, dit d'emblée celui qui travailla longtemps comme manutentionnaire au journal Dallas Morning News, Lance a un côté terriblement arrogant, que je n'ai absolument pas.»

Cet article n'a certainement pas pour but de prendre position pour ce géniteur dont Armstrong n'a plus jamais voulu entendre parler. Le lecteur avisé comprendra immédiatement quel genre d'homme est Gunderson. Pas un enfant de coeur du tout, qui adopte ici des positions parfois parodoxalement opposées. Chacun, à la lecture de ce témoignage, pourra, pensons-nous, se faire une opinion assez claire de ce père qui se sent rejeté, mais qui n'a pas trop l'air de se poser de questions sur les principes mêmes de son existence...

Pendant 14 ans, Gunderson oublia complètement l'existence du fils qui allait se révéler prodige. Jusqu'à ce que Lance (qui portait le nom de son premier beau-père, Armstrong) remporte, à 17 ans, l'Ironkids, un triathlon pour jeunes. A la télévision, qui retransmettait l'événement, Gunderson reconnut immédiatement son fils, à propos duquel il avait déjà pu lire l'un ou l'autre articulet dans les journaux.

«Mais bon, il n'y avait pas, de ma part, de véritable envie de le revoir, confie-t-il aujourd'hui. J'avais l'impression que c'était un chapitre de ma vie que j'avais définitivement refermé. Peut-être y ai-je un peu pensé à l'époque où Lance s'est marié avec Kristin Richard, puis lorsqu'il a été atteint du cancer. Je me suis dit: il va bien vouloir reprendre contact avec sa famille en pareilles occasions. Mais non. Je me souviens, précisément quand il a été atteint par la maladie, avoir tourné en voiture dans Austin (NdlR: où habite Arsmtrong) pour tenter de retrouver sa maison. Ses demi-frère et soeur, Dilan et Sonnie, étaient très excités à l'idée de faire sa connaissance. Mais je n'avais pour toute info qu'une photo de sa villa, parue dans un journal. On a cherché en vain pendant une heure, puis on s'en est allé.»

Pour tout souvenir de son fils, Eddie Gunderson n'a qu'une photo jaunie de Lance à l'âge de 10 ans, qu'il sort délicatement de son portefeuille. «C'est le frère de cette p... (NdlR: comprenez sa première femme), qui travaillait avec moi au Dallas Morning News, qui me l'a donnée en secret. Si elle l'avait su, elle aurait été verte (de colère) ! Comprenez-moi bien, je n'ai besoin de rien. Si je parle aujourd'hui aux médias, ce n'est certainement pas pour tenter de grappiller quelque argent parmi les millions gagnés par Lance aujourd'hui. J'aimerais simplement qu'on arrête dire des mensonges à mon sujet! Après tout, la séparation date quand même de trente ans.»

Voilà bien une des contradictions qui frappent dans la bouche de Gunderson. D'une part, il se dit qu'il pourrait bien revoir son fils après tout ce temps, mais, précisément après tant d'années, il est toujours incapable d'appeler sa première femme par son nom. En effet, il ne dit jamais Linda, mais bien cette bitch, autrement dit cette putain!

Apparemment, tant Linda que Eddie, se détestent encore cordialement. «Récemment, cette p... a été raconter à Peoples Magazine que, à l'époque, je n'arrêtais pas de la battre. Bon, je vous accorde que je ne suis pas un ange et que j'ai dû faire l'un ou l'autre truc pas clair dans ma vie, mais je ne l'ai certainement pas battue comme elle le suggère. Je me souviens tout juste d'une gifle, que je lui ai donnée. Elle s'était immédiatement rendue dans le Kentucky Fried Chicken où elle travaillait pour montrer sa joue et raconter cette histoire. J'en étais gêné. Non, je voudrais dire à Lance qu'il ne connaît qu'une partie de son histoire, qu'il n'a eu qu'un son de cloche. Même si je reconnais qu'elle s'est super bien débrouillée pour l'élever comme il faut. Je réalise que Lance n'aurait sans doute pas été ce qu'il est aujourd'hui... si j'étais resté avec sa mère. J'aurais été capable de tout faire foirer.»

Voici deux ans, la fille de Gunderson, Sonnie, est tombée enceinte à 15 ans. «Je lui ai dit de se faire avorter, dit Gunderson. Car on ne peut pas aller à l'école et être mère en même temps. Elle a voulu quand même garder l'enfant et elle vit aujourd'hui avec les parents de son petit-ami. Tant pis pour elle, je ne veux plus jamais la revoir.» Encore une position tranchée qui ne poussera certainement pas Armstrong à renouer avec son père biologique. Lance n'oublie pas en effet que sa mère, à l'époque où elle connaissait Gunderson, était tombée enceinte (de Lance donc) à 16 ans. Ses parents aussi l'avaient mise à la porte! Quand on ne décide pas d'arrêter la chaîne, elle se reproduit sans fin...

© Les Sports 2005

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be