Armstrong déjà en jaune

Armstrong déjà en jaune
©EPA

Il profite de la chute du maillot jaune Zabriskie à un peu plus d'un kilomètre de l'arrivée

BLOIS L’équipe du sextuple vainqueur du Tour de France Lance Armstrong, qui a endossé mardi le maillot jaune, a remporté au bout du suspense le contre-la-montre par équipes du Tour de France pour la troisième année consécutive, en pulvérisant le record de l’épreuve.

A la vitesse moyenne ahurissante de 57,320 km/h, la Discovery Channel (ex-US Postal) a couvert les 67,5km entre Tours et Blois en une heure 10.39 minutes et s’est imposée avec deux secondes d’avance seulement sur la CSC de l’ancien maillot jaune David Zabriskie.

La formation danoise CSC, qui l’an dernier avait joué de malchance sous la pluie et n’avait pas été épargnée par les chutes, a connu une nouvelle journée noire malgré sa deuxième place. Zabriskie, vainqueur du premier contre-la-montre individuel, est tombé dans les deux derniers kilomètres et a franchi la ligne d’arrivée loin derrière ses coéquipiers, avec 1.28 minute de retard. Cet incident a coûté à son équipe, passée en tête aux trois chronos intermédiaires, la victoire d’étape et le maillot jaune.

La T-Mobile de Jan Ullrich et Alexandre Vinokourov a franchi la ligne d’arrivée avec un retard de 35 secondes, mais en vertu du nouveau règlement plafonnant les écarts, elle n’a abandonné que 30 secondes aux vainqueurs.

"C’était le plan de prendre le maillot, mais la priorité était de faire la meilleure course possible et de mettre du temps à nos adversaires", s’est réjoui Armstrong, qui a endossé le maillot jaune pour la 67e fois de sa carrière. Au classement général, le Texan de 33 ans compte désormais 55 secondes d’avance sur son coéquipier George Hincapie et 1.04 minute sur l’Allemand Jens Voigt (CSC). Ses rivaux les plus dangereux, Vinokourov (7e), Ivan Basso (CSC, 10e) et Ullrich (14e), pointent respectivement à 1.21 minute, 1.26 minute et 1.36 minute.

Partie plus lentement que la CSC, l’équipe d’Armstrong, qui comme à son habitude avait méticuleusement reconnu le parcours, a réalisé un final de rêve sur les petites côtes des 15 derniers kilomètres.
Armstrong, George Hincapie et les nouveaux-venus Paolo Savoldelli et Yaroslav Popovych ont pris leurs responsabilités, assurant des relais qui ont vite fait oublier l’absence dans l’équipe du Russe Vjatcheslav Ekimov. "On savait que c’était dans les 20 derniers kilomètres qu’il fallait être au Top et qu’il fallait terminer à fond", a commenté Armstrong.
"Ça été un match très serré comme on l’attendait", a déclaré de son côté le directeur sportif de l’US Postal, Johan Bruyneel. "On a fait la différence à la fin, je suis très content. On savait que l’équipe CSC allait être très dure à battre, mais on l’a fait. On est resté ensemble, ça a été le secret. On a vu une belle machine qui tournait, je suis très content."

La Discovery Channel a donc fait le ménage et compte désormais sept coureurs parmi les 15 premiers du classement général. Une situation idéale, selon Johan Bruyneel. "On a le maillot jaune, on va maintenant essayer de trouver la meilleure stratégie possible", a commenté Bruyneel. "L’avantage, c’est que maintenant on a beaucoup de gars en bonne position au classement général. Je le répète, notre but est de vaincre à Paris. Et si ça signifie qu’un autre gars de l’équipe doit prendre le maillot, on le fera."

Considérée comme une équipe candidate à la victoire d’étape, la Phonak a subi une cruelle désillusion sur la ligne d’arrivée à Blois, porte d’entrée de la Vallée des Rois. L’équipe suisse, arrivée avec seulement cinq coureurs groupés, n’a terminé que 5e, à 1.31 minute. Au classement général, ses leaders Floyd Landis (20e, à 1.50) et Santiago Botero (27e, à 2.18) sont distancés et semblent avoir déjà perdu le Tour. Comme beaucoup de monde d’ailleurs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be