Armstrong est a...Crow!

Philippe Van Holle

Elle a vendu plus de 21 millions de disques mais, avant Armstrong, le grand public la connaissaità peine. Découverte
AGDE Aux départs comme aux arrivées, elle n'est jamais loin de lui. Elle se fait toujours discrète, lui laisse volontiers cette gloire qu'elle récolte elle-même ailleurs, à d'autres moments, dans des contextes sensiblement différents. Sheryl Crow et Lance Armstrong forment un couple détonnant. Lui sur les routes du Tour, elle sur les scènes de monde entier. Pourtant, avant que cette star de 43 ans, née à Kenneth, dans le Missouri, d'un père trompettiste (Wendell) et d'une mère pianiste (Bernice), ne rencontre son coureur, le grand public européen ne la connaissait quasi pas, les initiés de country-rock mis à part évidemment. Affable et étonnamment accessible, Sheryl vit depuis un an et demi dans un monde qu'elle ne connaît pas mais qu'elle découvre avec passion, l'amour faisant le reste évidemment.

«De Lance, je ne connaissais que le nom, et l'histoire de son combat contre le cancer naturellement, confie-t-elle sans gêne. Le seul coureur dont j'avais entendu parler avant était Greg LeMond. Mais je ne savais même pas que le Tour de France durait trois semaines. Cela précisé, j'ai toujours aimé le sport. Je pratique le jogging et le surf. Quand j'ai eu la chance de découvrir le cyclisme de l'intérieur, j'ai tout de suite été séduite. Ce qui me plaît le plus, c'est cet esprit de camaraderie qui règne dans une équipe, cette solidarité aussi, cette dévotion des lieutenants pour leur leader. Je n'avais jamais vu cela, à un tel degré, dans une autre discipline. La manière aussi dont les coureurs sont abordables, avant et après la course, m'a agréablement étonné. Surtout en regard des efforts inimaginables qu'ils déploient. Enfin, l'enthousiasme du public est absolument incroyable. Un peu comme dans un concert mais qui se donnerait, le long des routes, sur des centaines de kilomètres.»

Grâce à Michael Jackson

On est bien loin pourtant de l'ambiance feutrée de jazz, de swing et de blues dans laquelle elle, son frère et ses deux soeurs ont baigné durant toute leur enfance. Avant de devenir artiste, Sheryl Crow s'est constitué un bagage culturel dans le domaine qu'elle préférait. Elle est passée, en effet, par l'université de Columbia où elle a décroché une maîtrise en composition musicale. Elle s'occupera ensuite d'enfants autistes à Saint-Louis. C'est en 86 qu'elle tente sa chance en tant que chanteuse, dans un bar de Los Angeles. Pour arrondir des fins de mois encore maigres, elle tourne quelques publicités. C'est toutefois grâce à Mickael Jackson, qui l'engage en tant que choriste pour son Bad Tour qu'elle mettra définitivement le pied à l'étrier. Sa carrière solo démarrera juste après, lorsqu'elle est invitée à rejoindre le Tuesday Night Music Club. Plus rien, ensuite, n'arrêtera celle qu'on présentera vite comme le porte-drapeau de la country. Son premier album, en 92, n'avait pas marché mais tous les autres seront de grands succès. On estime aujourd'hui que Sheryl Crow, qui a récolté pas moins de 9 Awards aux Grammy's de 94 à 2001 (révélation, meilleur album de rock, meilleure interprète féminine) et un American Award en 2003, a vendu quelque 21 millions de disques dans le monde entier. Une chose est sûre, d'un point de vue financier, elle n'a certainement rien à envier à son compagnon. Il faudra sans doute que ces deux-là fassent un compromis au niveau... politique, puisque Lance est l'ami de Bush et que Sheryl a supporté la candidature de John Kerry lors des dernières élections pour la présidence. Le populaire contre l'intellectuel, elle la tête (de dix ans son aînée et avec sept ans seulement de moins que la mère de Lance!) et lui, les jambes, pourquoi pas!

© Les Sports 2005

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be