Maintenir le corps en éveil

D. L.


Hier, les coureurs ont profité de leur deuxième jour de repos dans ce Tour


PAU Hier, les coureurs qui n'ont pas mis pied à terre après avoir franchi les Alpes et une bonne partie des Pyrénées profitaient de leur deuxième journée de repos dans ce Tour, avant d'entamer la remontée vers Paris. Si la récupération est privilégiée après avoir déjà avalé plus de deux mille kilomètres, il est impératif malgré tout de maintenir les corps en éveil, que l'on soit leader ou lieutenant.

Des coups de pédale sont ainsi obligatoires si le coureur ne veut pas vivre une journée cauchemardesque le lendemain. «Comme d'habitude, dans pareil cas, j'ai roulé deux petites heures à un bon rythme, explique Philippe Gilbert, de La Française des Jeux. Chez nous, chacun fait comme il veut mais en général, on roule ensemble, on s'attend.»

Si le Liégeois ne met pas de réveil ce jour-là, rares sont les coureurs à faire la grasse matinée. «Ce n'est pas conseillé», précise Eric Lasselin, masseur-kiné de la formation Cofidis. «On n'a pas de règle stricte à respecter mais la plupart du temps, on fait attention à ce que l'on fait, à ce que l'on mange», ajoute Gilbert.

L'heure du lever dépassera rarement 9h. Après quoi vient le déjeuner. Puis, la sortie à vélo. Le coureur pourra ensuite profiter d'un vrai repas et non se contenter de sa musette quotidienne. «On insiste pour qu'ils prennent une collation légère malgré tout, poursuit Lasselin. Car il faut éviter de modifier le métabolisme du corps, habitué à un certain rythme depuis deux semaines.»

Viendra alors l'heure de faire une bonne sieste, certains s'endormant profondément, d'autres somnolant devant la télévision ou un livre. A chacun ses goûts. «On reste de toute façon concentré sur l'épreuve en cours car elle n'est pas finie. On pense à ce que l'on pourrait faire dans les jours à venir», affirme Gilbert. Qui pourra passer entre les mains d'un masseur pour une séance assez complète. «Alors qu'au soir d'une étape, on se contente de masser les jambes, lors de la journée de repos, le cou et le dos, souvent douloureux, seront aussi traités», ajoute- t-on encore chez Cofidis.

En fin d'après-midi, les leaders d'équipe se seront, eux, adonnés à une conférence de presse. Mais tous auront eu pour but de recharger les batteries, à défaut d'avoir totalement décompressé.

© Les Sports 2005

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be