Abandon de Tom Boonen

E. d. F.
Abandon de Tom Boonen
©Photonews

Classements, résultats et étape en direct
Première étape alpine pour un Tour qui n'a pas encore rendu son verdict.

GAP Le champion du monde Tom Boonen (Quick Step-Innergetic) a abandonné mardi durant la 15-ème étape Gap-l'Alpe-d'Huez (187 km). En proie à des difficultés respiratoires depuis le 1er col de la journée, lors de l'ascension de l'Izoard (HC, km 86), notre compatriote a jetté le gant juste avant d'aborder la 2ème difficulté, le col du Lautaret (2e cat., km 134).
Comme l'an dernier, mais là sur chute, Boonen ne terminera donc pas la Grande Boucle. Sur le Tour-2006, il a porté le maillot jaune durant 4 jours, mais n'a pas gagné d'étape.

Mais après avoir effectué un nettoyage sur les pentes du Portillon, les coureurs de la formation allemande ont marqué le pas sur la montée de Pla-de-Beret, lors de la seconde étape des Pyrénées. Là, ce sont les Rabobank de Denis Menchov, épaulé par l'étonnant Michael Boogerd qui semble avoir retrouvé ses jambes de gamin, qui ont pris le relais des T-Mobile au point que le Russe, vainqueur sur le tapis vert de la dernière Vuelta, doit être présenté comme le principal rival de Landis.

Car de tous les prétendants, l'Américain est celui qui a, jusqu'ici, tenu le mieux la route. Après un bon prologue, qui aurait été meilleur s'il n'avait perdu cinq secondes avant le départ, le Californien de Phonak a réussi un très bon chrono individuel à Rennes, dans le même temps où ses compatriotes, Hincapie ou Leipheimer par exemple, mais aussi les autres coureurs de l'équipe Discovery, sombraient corps et biens.

Depuis, Leipheimer a montré que sa mauvaise passe n'était peut-être qu'un passage à vide, dû au stress plus qu'à une baisse de condition. Mais le coureur de Gerolsteiner pointe à 5:30 de Landis, sur lequel on doit calculer le classement virtuel. Sauf si Oscar Pereiro le conserve jusqu'à Paris, ce qui tiendrait de l'énorme surprise et serait un sacré pied de nez à ceux qui ont cherché à se refiler le maillot jaune comme s'il s'agissait d'une grenade dégoupillée. Les records de changements (9) et de porteurs différents (8) du maillot jaune sur un même Tour seront au moins égalés, voire battus si la valse se poursuit dans les prochains jours. Car samedi dernier, sur la route de Montélimar, Floyd Landis a abandonné à son ancien équipier espagnol le maillot jaune qu'il portait depuis 48 heures dans le but avoué de laisser souffler ses partenaires de la Phonak, lesquels risquent de devoir supporter le poids de la course à nouveau. Mais dans ce combat où certains avancent démasqués, à l'image de Landis, de Menchov ou de Klöden, d'autres progressent tapis dans l'ombre, comme Evans, Sastre ou Moreau, voire totalement en retrait, car une énorme surprise n'est pas à exclure si d'aventures les gros bras venaient à se saborder un jour. Ce Tour est fou !



© La Dernière Heure 2006


Les juges de paix
À cinq jours de l'arrivée aux Champs-Élysées, le Tour de France 2006 va (enfin) prendre de la hauteur. Jusqu'ici, la 93e édition de la Grande Boucle s'est surtout caractérisée par le marquage dont les principaux favoris ont fait preuve et la frilosité dont certains d'entre eux firent montre en plusieurs circonstances. Même si l'épreuve a été jusqu'ici globalement intéressante, avec plusieurs grands moments, dans l'optique de la lutte pour la victoire finale, à peine deux vrais temps forts ont émaillé le prologue et les quatorze étapes disputées depuis Strasbourg : le contre-la-montre de Rennes et la deuxième étape des Pyrénées, vers Pla-de-Beret. À partir d'aujourd'hui et durant trois jours, les cols des Alpes vont donc servir de juges de paix et désigner, sans doute, le successeur d'Armstrong. Il restera, sinon, le chrono de samedi.

Bien malin celui qui pourrait ce matin déterminer qui émergera de cette lutte indécise et passionnante. Aucun parmi les favoris que les retraits, pour causes diverses, de Basso, d'Ullrich, de Mancebo, de Valverde et autre Vinokourov ont laissé en présence n'a, jusqu'ici, présenté assez de garanties pour faire l'unanimité. Dès aujour- d'hui, l'Izoard, le Lautaret et la mythique montée finale vers l'Alpe-d'Huez devraient déjà nous apporter une première réponse mais vraisemblablement rien de définitif car les Landis, Menchov, Evans, Leipheimer, Sastre ou Klöden auront encore du pain sur la planche les jours suivants.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be