Floyd Landis, l'homme qu'Armstrong a maudit

Ph. V.H.

Le favori n°1 de ce Tour face à son destin

GAP On sait que Lance Armstrong a la dent dure. Il n'aime que ceux qui marchent avec lui. Et pour toujours ! Ceux qui le quittent, surtout s'ils ont du talent, sont considérés comme des traîtres. Floyd Landis est de ceux-là. Quand le Californien d'adoption a décidé de vivre sa vie (après 3 saisons passées chez US Postal), parce qu'il croyait avoir sa chance dans le Tour, les dents d'Armstrong ont grincé. Avant de quitter le vélo, le Texan a lancé, menaçant, à l'adresse de Landis : "Sois tranquille, Floyd, je prends ma retraite, mais mon équipe ne te lâchera plus !" Landis finira 9e de la dernière Grande Boucle remportée par Arm-strong. Douze mois plus tard, c'est Landis qui est le plus souvent cité pour succéder à son ennemi mais le coureur Phonak, trop bien éduqué, n'a aucun désir de revanche en tête.

"Je n'ai pas de regrets, concède-t-il, car j'ai beaucoup appris à ses côtés, même si nos relations étaient parfois tendues. Armstrong était concentré en permanence sur ses objectifs. Tout le monde devait abonder dans son sens. Bruyneel est pareil. On a quand même réussi à travailler ensemble mais je reconnais que j'avais ma part de responsabilités dans certains de nos accrochages."

Le gentil garçon, élevé à Lancaster, en Pennsylvanie, avec son frère et ses quatre soeurs selon une stricte religion mennonite (qui prône le refus du progrès), avait décidé de devenir leader lui aussi. Pour parvenir à faire du cyclisme un gagne-pain, il avait dû quitter ses parents (décision nécessaire mais douloureuse) et cette communauté où l'on vit et produit ensemble, sans télévision, ni radio, ni ordinateur, il n'allait pas reculer devant un obstacle bien moindre à ses yeux, même si cet obstacle s'appelait Lance Armstrong. Aujour-d'hui, les seules difficultés qui restent sur sa route vers les Champs-Élysées sont trois étapes alpestres et un contre-la-montre de 57 km...



© La Dernière Heure 2006

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be