La joie des maillots d'antan

Julien Gillebert

Ancien coéquipier de Poulidor, Gianni Marcarini parcourt les courses en vendant des équipements mythiques

LA TOUSSUIRE "Pardon monsieur, des chaussettes Liquigas, vous en avez encore ?" Gianni Marcarini n'a pas le temps de répondre à cette dame qui cherche des soquettes pour son fiston, jeune coureur et supporter de Danilo Di Luca, qu'un homme s'impose. "Le maillot Peugeot, là, vous l'avez en large, vous croyez qu'il serait à ma taille "? demande-t-il. Rapide coup d'oeil du marchand ambulant vers le bide du cyclo du dimanche. "Il me reste un XL qui devrait vous aller." L'affaire est vendue.

Gianni Marcarini sert du mieux qu'il peut ses nombreux clients, tout en avalant une crasse sur le temps de midi. Ancien pro, notamment chez Mercier, il tient aujourd'hui avec ses proches un magasin de cycles dans le Morbihan, en Bretagne. "Mais un jour, lors d'une réunion d'anciens de chez Mercier, j'avais décidé de rééditer notre maillot d'époque", se souvient l'ancien pro. "Ensuite, il nous restait quelques maillots. Et quand j'ai vu à quelle vitesse ils ont été demandés, j'ai compris..."

Compris que l'engouement pour les maillots mythiques était grand. Depuis, il s'est lancé dans la réédition de maillots d'antan, qu'il vend dans son commerce breton mais aussi en parcourant la France et les pays voisins dans sa camionnette, suivant les courses cyclistes. S'il est souvent présent en Belgique (dans toutes les classiques mais aussi dans des courses comme le GP Pino Cerami), il est également présent sur le Tour de France, bien évidemment, tout en essayant au maximum d'aller dans les grands rendez-vous des cyclo-sportifs, comme dernièrement à la Marmotte. Le sosie d'Eddy Merckx, que l'on voit souvent en Belgique avec un maillot Molteni, a dû passer par lui. Sur le Tour, en Belgique, il était là, avec un maillot jaune flanqué du logo Molteni !

Gianni Marcarini, un des personnages sympathiques et naturels typiques du monde du vélo, fait donc la joie des cyclos, jeunes et âgés. Outre les maillots du grand Eddy, les supporters d'Anquetil, de Bobet, de Coppi, d'Ocana ou de De Vlaeminck peuvent donc rouler avec des maillots Bic, Bianchi, Brooklyn, Mercier... La liste est longue. Et ne s'arrête pas aux plus anciens. L'autre jour, un futur trentenaire, séduit par un maillot Kas, était déçu de ne pas en trouver à sa taille. Mais il n'en revenait pas quand Marcarini lui a proposé "si vous voulez un maillot espagnol, j'ai celui de Reynolds, la première équipe d'Indurain." "Et de Delgado !" s'est exclamé ce supporter du vainqueur du Tour 1988, tout heureux d'aller faire souffrir ses mollets grassouillets avec le maillot de son coureur fétiche sur le dos.

Si les maillots de champion du monde de Boonen s'arrachent com-me des petits pains, le choix est si grand qu'il satisfait de nombreux cyclos ou cyclosportifs. Les maillots de champions nationaux sont également réalisés, correspondant aux marques des coureurs. Si vous vouliez il y a peu rouler avec le maillot de champion d'Italie de Gasparotto, c'était possible. Mais nul doute que celui de Bettini sortira prochainement...



© La Dernière Heure 2006

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be