Coureur dopé ? Equipe remballée !

Ph. V.H.

La question mérite d'être posée. Et les réponses divergent

MONTPELLIER L'affaire Sinkewitz pose quantité de questions depuis qu'elle a été rendue publique mercredi. Elle touche la T-Mobile, l'une des formations qui s'est le plus investie dans la lutte antidopage depuis qu'elle a fait la grande lessive, tant au niveau des coureurs que du staff d'accompagnement. C'est paradoxal mais c'est ainsi. Et cela prouve qu'une équipe, même exemplaire, n'est jamais à l'abri d'un comportement imbécile d'un de ses coureurs.

Que faire donc ? Et si la solution se trouvait dans la solidarité de l'équipe tout entière. Puisque les coureurs sont solidaires dans la victoire com- me dans la défaite, pourquoi ne pourraient-ils pas l'être dans le scandale et les conséquences à payer ensuite. Un peu comme à l'armée, lorsqu'une section est punie, obligée, par exemple, de faire dix tours supplémentaires du parad ground lorsque l'un de ses membres a péché, par exemple, par fainéantise. Après, tous les sergents du monde vous le diront, le fautif ne répétera plus son geste et, surtout, les autres se chargeront de le rappeler à l'ordre en cas de tentative de récidive.

Un coureur dopé ? Toute l'équipe remballée ! Histoire, juste, que les coureurs clairs (ou sains) incitent les malintentionnés à rester (ou à revenir) dans le droit chemin. Aujour- d'hui, ce sont souvent (encore) les tricheurs qui imposent leur loi et leur volonté à ceux qui veulent marcher droit...



© La Dernière Heure 2007


Marc Sergeant : "Je ne m'engage pour personne"

Le manager de Predictor-Lotto, Marc Sergeant, avoue ne pas connaître la solution imparable aux problèmes de dopage : "La solidarité, c'est déjà un peu l'esprit de cette charte qu'on nous a fait signer. Regardez ce qui arrive quand même à T-Mobile, qui a changé son encadrement et ses coureurs; et qui pensait avoir tout fait pour qu'un pareil cas ne se produise pas.. Malheureusement, je pense qu'il est malgré tout toujours possible qu'un coureur fasse une bêtise. Pour ma part, je n'aurais même jamais imaginé que T-Mobile connaisse un cas positif depuis son changement radical de philosophie. Pour ma part, je ne voudrais m'engager pour personne, pour aucun coureur. À Londres, huit équipes avaient quitté la réunion des groupes professionnels en criant haut et fort : Nous, on ne veut plus travailler avec des tricheurs ! Or je remarque que c'est parmi une de ces huit formations qu'un cas positif est détecté... La solution imparable ? Je ne la connais pas mais je suis pourtant convaincu qu'il y a un gros progrès dans les mentalités. Aujourd'hui, lorsqu'un coureur est pris positif, sa carrière est quasi finie. Les équipes n'en veulent plus, sauf peut-être de plus petites, comme Relax (en Espagne). Avant, le gars purgeait sa suspension de deux ans, et puis était accueilli les bras ouverts dans presque toutes les formations. Cette situation n'a plus cours de nos jours."



© La Dernière Heure 2007

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be