L'étape pour Cancellara, le Tour pour Contador!

N. Ch.
L'étape pour Cancellara, le Tour pour Contador!
©Photonews

Schleck a très bien résisté et a repris du temps à Contador en début d'étape avant de faiblir par la suite. Contador remporte le Tour pour 39", le temps perdu par Andy le jour de son saut de chaîne

Revivez l'étape

Tous les classements sur notre module


BORDEAUX Comme prévu, Fabian Cancellara a remporté le contre-la-montre tandis que Contador a résisté à Andy Schleck. Durant les 20 premiers kilomètres, Andy s'est pourtant approché à 2 petites secondes de l'Espagnol au classement général virtuel avant de craquer petit à petit.

Avec 39 secondes d'avance au classement final sur Andy Schleck, l'Espagnol l'emporte pour bien peu de choses... le chiffre 39 sera incontestablement celui de ce Tour de France puisque c'est le temps perdu par Andy Schleck le jour de son saut de chaîne, dans le Port de Balès. Cela dit, Andy a été attendu lors de l'étape de Spa et Contador a eu quelques soucis dans celle d'Arenberg. Il s'agit donc d'une victoire méritée pour El Pistolero, que l'on ne s'y trompe pas.

Denis Menchov s'empare quant à lui de la 3e place finale devant Samuel Sanchez et Jurgen Van den Broeck qui conserve donc sa 5e place ! Au classement de l'étape, Fabian Cancellara (Saxo Bank) devance une nouvelle fois Tony Martin (Columbia), pour 17 petites secondes. Grabsch (Columbia) est 3e à 1'48" devant Konovalovas (Cervélo) et Zabriskie (Garmin).

Seul le maillot vert reste à attribuer demain (Petacchi part avec quelques longueurs d'avance sur Cavendish et Hushovd) puisque Anthony Charteau a acquis son maillot à pois il y a quelques jours tandis qu'Andy Schleck est évidemment le meilleur jeune. Sylvain Chavanel a été élu super-combatif du Tour en début d'après-midi et la team RadioShack est la meilleur équipe, devant la Caisse d'Epargne.

Les déclarations

Andy Schleck (Saxo Bank), 2e du général: "J'ai fait les 40 premiers kilomètres très vite, j'ai perdu plus de temps dans les derniers kilomètres. J'ai toujours dit que j'allais me battre jusqu'à la fin. J'ai toujours dit que j'avais progressé mais pour battre Contador, ce n'est pas facile. J'ai tout essayé, je ne pouvais pas le battre. J'ai gagné deux étapes, je suis content. Je reviendrai l'an prochain pour gagner. Il n'est pas imbattable."
"J'apprends. Des regrets ? Peut-être, si je regarde des petits trucs. Mais le Tour dure trois semaines, il faut être bien tous les jours. Dans la montagne, je pense qu'on était au même niveau. Le prologue ? Je l'ai raté à 110 pour cent. Dans le Tour, c'est le résultat final qui compte. Il (Contador) m'a battu de 39 secondes. Si Frank (son frère aîné qui a abandonné sur les pavés) avait été là, on aurait eu un jeu différent." (Belga)

Alberto Contador (Esp/Astana), maillot jaune: "Ce Tour a été très difficile jusqu'au bout. Je me suis beaucoup entraîné pendant toute l'année, je suis resté concentré jusqu'au dernier moment. C'est le premier Tour qui me donne autant d'émotion. Vous ne pouvez pas imaginer ce que je ressens..."
"Il y a eu plusieurs jours où je n'étais pas au mieux pendant ce Tour, ça s'est peut-être remarqué. Si je reste chez Astana ? Pour le moment, on évalue plusieurs possibilités même s'il est probable que je continue chez Astana." (Belga)

"Enfin", s'est écrié Jurgen Van den Broeck (Omega Pharma-Lotto) juste après être parvenu à défendre sa cinquième place au classement général à l'issue du contre-la-montre individuel de samedi entre Bordeaux et Pauillac.
"Ce fut très fatigant. Très difficile car ce vent contraire a posé des problèmes supplémentaires et a rendu les trajectoires flottantes. Denis Menchov est parti derrière moi et m'a dépassé mais je ne me suis pas laissé décourager. Au premier temps intermédiaire, j'avais gagné du temps sur tous les coureurs classés derrière moi. Cela m'a donné des ailes et l'objectif est finalement atteint."

"Nous étions venus pour une place dans les dix premiers et cela s'est transformé en place dans le Top 5. C'est vraiment un rêve et une récompense après les nombreux mois de dur labeur. Une récompense également sur le stress que j'ai éprouvé ces dernières semaines et qui a provoqué, parfois, certaines réactions de colère de ma part. Désolé pour ces désagréments les gars."
Vingt-quatre ans après Claudy Criquielion, la Belgique possède à nouveau un coureur à la cinquième place finale du Tour. "Cela a coûté énormément de travail," a ajouté le directeur d'équipe, Herman Frison. "Nous sommes partis de longs mois pour reconnaître tous ces cols et pour effectuer de nombreux stages. Cette cinquième place n'est pas tombée du ciel. On va désormais en profiter." (Belga)



© La Dernière Heure 2010


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be