Van den Broeck pour son Top 5

E. d.F.
Van den Broeck pour son Top 5
©BELGA

Le Belge possède 1’14 d’avance sur Gesink et peut égaler Criquielion

Petacchi fait main basse sur le vert

Visitez notre module Tour de France


BORDEAUX Vingt-quatre ans après Claudy Criquielion, un coureur Belge peut donc terminer le Tour de France au cinquième rang. Jurgen Van den Broeck n’a plus, normalement, qu’un seul adversaire pour cette place dans le Top 5 qu’il refuse toujours d’évoquer.

“On verra samedi soir”, répète inlassablement le coureur d’Omega Pharma-Lotto, dont l’objectif d’avant-Tour, répété tant et plus durant toute l’épreuve, était de finir parmi les dix premiers. Objectif amplement rempli, donc, mais un recul d’une ou deux places serait accueilli comme une défaite.

C’est donc une énorme performance que VDB s’apprête à réaliser, puisqu’il y a douze ans qu’un Belge (Axel Merckx, 10e) n’y est plus entré. Le citoyen de Morkhoven devance de 1’14 Robert Gesink, lequel n’est pas vraiment un spécialiste de l’effort solitaire, tandis que Joaquin Rodriguez, pas vraiment un rouleur non plus, pointe quatorze secondes derrière le grand Néerlandais.

“Il va falloir se battre sur plus de cinquante kilomètres”, explique Van den Broeck, ancien champion du monde juniors de la spécialité, en 2001, “en toute fin d’un Tour, qui a été très difficile. Cela se jouera essentiellement sur la fraîcheur, sur la motivation”.

Deux atouts que possède normalement le Belge. Légèrement en retrait jeudi au Tourmalet, il y avait concédé huit secondes à Gesink mais trente à Rodriguez). Deux secondes à peine séparaient le Belge et le Néerlandais, à l’avantage de VDB, au prologue de Rotterdam (Rodriguez était à 27 secondes), au début du mois. Les autres comparaisons sont difficiles car l’an dernier, le Néerlandais, bras cassé, avait abandonné le Tour depuis longtemps quand survint l’ultime chrono individuel.



© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be