Schleck peut avoir des regrets

Ph.VH.
Schleck peut avoir des regrets
©EPA

Alberto Contador était sans doute plus vulnérable qu’il ne l’a montré


Chattez ce mardi à 13 heures avec notre expert, Philippe Van Holle sur Le Tour 2010

Le Tour de France en images

Tous les classements

PARIS Juste avant de prendre le départ de la dernière étape, Andy Schleck confiait qu’il se présentait sur la ligne de Longjumeau avec des sentiments mitigés. “Le Tour se termine et cela me rend à la fois heureux et triste, car c’est la fin d’une belle aventure.”

Une aventure qui aurait peut-être pu se terminer autrement s’il s’était montré moins attentiste. Même Riis, parfois, aurait voulu que son leader attaque de plus loin, ce qu’il ne fit qu’au Tourmalet, en vain...

Samedi soir, Contador a confié qu’il n’était pas au niveau de son Tour victorieux en 2009. Schleck ne s’en était-il pas rendu compte ? Bruyneel, par exemple, fut l’un des premiers, dans ce Tour, à prétendre que le Madrilène n’était pas aussi bien que l’année précédente. Mais peut-être, malgré ses progrès, n’avait-il pas les moyens physiques de mettre plus de pression sur Contador ? Peut-être devait-il lui aussi épargner ses forces pour tenir jusqu’au bout ?

“J’ai toujours dit que j’avais progressé mais vaincre Contador n’est pas facile, confie-t-il. J’ai tout essayé, je ne pouvais pas le battre. J’ai gagné deux étapes, je suis content. Je reviendrai l’an prochain pour gagner. Alberto n’est pas imbattable.”

Nous retiendrons pourtant ses mots, juste avant la deuxième journée de repos à Pau, lorsqu’il disait que, jusque-là, il n’avait pas tout donné. Il le fit certes ensuite, au Tourmalet et lors du contre-la-montre de Pauillac, mais, malheureusement pour le Luxembourgeois, cela ne suffit pas à combler l’écart par rapport à celui qu’on peut, depuis hier soir, appeler le triple vainqueur de la Grande Boucle.

Tout comme Contador la veille, Schleck ne désirait pas revenir sur les fameuses 39 secondes perdues sur l’Espagnol au Port de Balès, lorsque le coureur Astana avait attaqué après l’incident mécanique d’Andy. Trente-neuf secondes, c’est quand même l’écart final à Paris, entre les deux hommes !

“Dans le Tour, c’est le résultat final qui compte. Contador m’a battu de 39 secondes. Au fond, c’est bien, sinon il y aurait deux maillots jaunes sur les Champs”, disait le Luxembourgeois avec l’humour qui le caractérise et qui lui permet de tout relativiser. Même de perdre le Tour pour un peu plus d’une demi-minute...

Lorsqu’on lui demande s’il ne formule pas le moindre regret, il hésite néanmoins. “Des regrets ? Peut-être, si je regarde des petits trucs. Mais le Tour dure trois semaines, il faut être bien tous les jours. Dans la montagne, je pense qu’on était au même niveau. Mais le prologue, je l’ai raté à 110 pour cent.” Il est vrai qu’il avait déjà laissé filer 42 secondes à Rotterdam...

Après quelques minutes de réflexion, Andy ne peut s’empêcher de repenser à son grand frère tombé sur les pavés d’Arenberg sans pouvoir se relever vu sa triple fracture de la clavicule. “Si Frank avait été là, on aurait eu un jeu différent.” Un jeu dit-il très justement. Tout cela reste un jeu, pour grands enfants. Mais il a quand même raison: avec Frank, tout aurait été différent...


© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be