Vansevenant revient avec fracas

Eric de Falleur
Vansevenant revient avec fracas
©BELGA

Mêlé à une grave affaire de dopage, Wim Vansevenant refait parler de lui!

BRUXELLES Septante-deux heures avant que ne soient frappés les trois coups du 98e Tour de France en Vendée, la révélation, par nos confrères du quotidien flamand Het Nieuwsblad , hier, d’une enquête menée à charge de l’ancien coureur Wim Vansevenant, a, on l’imagine, provoqué de sérieuses secousses dans la caravane de la Grande Boucle , occupée à se rassembler pour le Grand Départ , samedi.

Il y a deux semaines, les douaniers de Zaventem ont découvert un colis suspect destiné au Flandrien. À l’intérieur, les ampoules suspectes, qui ont été analysées, ont révélé des “produits dopants hypermodernes développant la masse musculaire et améliorant l’endurance”.

Au total, ces produits, prévus pour les soins vétérinaires et importés d’Australie, auraient une valeur de plusieurs milliers d’euros. Même si lui s’en défend (voir ci-contre), il y a peu de chance que l’ex-coureur les destinait à son usage personnel, comme cela peut être parfois le cas de produits qui relèvent plus de la toxicomanie. L’enquête cherchera donc à déterminer qui étai(en)t les client(s) de Vansevenant. Sa carrière a pris fin en octobre 2008 et les produits trouvés sont des dopants lourds et même dangereux, puisqu’ils n’ont jamais été testés sur l’homme.

Un des rares faits d’armes, si l’on peut dire, de l’ex-coureur est, alors qu’il évoluait chez Vlaanderen, d’avoir subi un arrêt de quinze jours pour un hématocrite supérieur à 50 %, à l’époque où l’EPO ne pouvait encore être détectée. Vansevenant, qui a repris, depuis qu’il a remisé son vélo, la ferme paternelle, avait terminé trois fois de suite le Tour de France à la dernière place, de 2006 à 2008.

Le Flandrien avait, depuis sa retraite, continué à fréquenter le milieu à l’occasion. Vansevenant remplissait des fonctions de relations publiques pour les sponsors, Omega Pharma et Lotto. Dimanche dernier, il accompagnait encore des invités à l’occasion du championnat de Belgique et devait, avec quatre collègues, dont Jo Planckaert, effectuer cette mission sur le Tour de France autour de la formation de Philippe Gilbert et de Jurgen Van den Broeck. “Nous sommes totalement abasourdis par la nouvelle”, confiait, hier, Marc Sergeant, le manager d’Omega Pharma-Lotto, mise en cause. “Vansevenant est un de nos anciens coureurs. Il s’occupait des VIP’s, mais n’a aucun rôle dans le staff de l’équipe. Cette enquête n’a aucun lien avec nous. En tout cas, nous avons décidé de nous passer de ses services sur le Tour.”



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be