Evans gagne, mais loupe le jaune !

Philippe Van Holle
Evans gagne, mais loupe le jaune !
©EPA

L’Australien s’est montré plus fort que Contador, c’est bon pour son moral

On attendait – sans doute un peu trop – Philippe Gilbert et c’est finalement Cadel Evans qui s’est imposé en haut du Mûr-de-Bretagne, au bout d’un sprint au millimètre avec un Alberto Contador visiblement revanchard.

Deux grands prétendants à la victoire finale qui luttent pour le prestige en haut d’une bosse qu’on pensait réservée aux puncheurs, voilà qui prouve que les hommes du général sont pour le moins affûtés.

“En franchissant la ligne, je n’étais absolument pas sûr que Cadel l’avait emporté”, disait notre compatriote John Lelangue, premier directeur sportif des BMC. “Cadel nous a demandé notre avis à la radio et la confusion a régné jusqu’à ce que j’entende le speaker officiel du Tour, Daniel Mangeas, déclarer que la victoire revenait à notre leader. C’était évidemment une grande satisfaction pour nous, d’autant que Cadel n’avait pas connu une journée très tranquille jusque-là.”

Evans subit en effet deux crevaisons dans l’amorce de la finale et aurait pu perdre une énergie précieuse dans l’aventure s’il n’avait été attendu par plusieurs équipiers. “J’ai vraiment bénéficié du soutien de toute l’équipe durant cette étape”, confiait l’Australien en descendant du podium. “Et dans les derniers kilomètres, Hincapie a assuré un tempo incroyable dans la bosse, empêchant beaucoup de coureurs de tenter leur chance.”

Très excité à l’interview, voulant comme d’habitude parler plus vite qu’il ne le faut, mélangeant un peu les langues, Evans ne pouvait cacher sa joie d’être à nouveau au top dans l’épreuve qu’il affectionne par-dessus tout et qu’il rêve toujours de gagner un jour. L’année 2011 sera-t-elle la bonne pour l’Australien ?

“Impossible de le dire pour le moment”, lâchait-il de sa voix criarde. “On n’en est qu’au tout début du Tour et les choses vraiment sérieuses ne débuteront que dans 8 jours. Mais tous les voyants semblent au vert en ce qui me concerne. Et ce succès partiel est excellent pour la confiance. Pour la mienne et pour celle de toute l’équipe d’ailleurs. Jamais je n’aurais imaginé pouvoir battre Gilbert ici, dans une arrivée qui semblait taillée pour lui.”

Seul petit bémol pour le leader des BMC: il n’a pas réussi à créer l’écart d’une seconde espéré pour pouvoir ravir le maillot jaune des larges épaules de Thor Hushovd. “Ce n’était pas vraiment le but”, lâchait-il sans vraiment nous convaincre.

“Tout viendra en son temps. Je remarque en tout cas que je fais jeu égal avec Contador. Pourvu que cela dure.” Personnellement, nous pensons même que le fait d’avoir loupé le jaune pour une petite seconde est même plutôt une bonne chose pour l’Australien ainsi que pour son équipe. Conduire le peloton pendant cette première partie de Tour n’aurait pas forcément été un cadeau pour les BMC en général et pour Evans en particulier que les hautes responsabilités ont souvent le don d’énerver, avec la débauche d’énergie que cela implique. Hushovd et les siens espèrent garder le jaune jusqu’à Super Besse le 9 juillet. Qu’Evans et ses troupes les laissent donc faire.

Alors qu’il évoluait encore chez Lotto, l’Australien s’était littéralement vidé de sa substance en portant le maillot jaune. Il a sans doute retenu la leçon en coureur intelligent qu’il est.



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be