Revivez le chat avec Romain Zingle, l'un des trois coureurs wallons du Tour

Philippe Van Holle
Revivez le chat avec Romain Zingle, l'un des trois coureurs wallons du Tour
©Montage DH

Frank Schleck craint de baisser de niveau lors de la troisième semaine

BRUXELLES

L’équipe RadioShack est orpheline de deux pions importants : Andy Schleck, le leader naturel du team, et… Johan Bruyneel, le manager neuf fois vainqueur du Tour avec Armstrong et Contador. Une nuance entre les deux : si le premier est parti en vacances, sans vélo, à Majorque, pendant le Tour, le deuxième sera peut-être plus présent qu’on ne le pense, si l’on en croit Frank Schleck.

“L’absence de Johan est regrettable pour nous”, dit le Luxembourgeois, “parce qu’il a une expérience énorme du Tour de France, mais on peut faire confiance à Dirk (Demol) et à Alain (Gallopin) qui ne sont pas les premiers venus en tant que directeurs sportifs. En plus, Bruyneel sera régulièrement en contact avec eux par téléphone.”

En réalité , c’est même beaucoup plus que ça. Renseignements pris auprès de Gallopin, Bruyneel devrait carrément diriger son équipe depuis son canapé ! “Nous communiquerons par téléphone”, explique le directeur sportif français. “Vous savez, dans la voiture, derrière le peloton, on a une image télé qui tremble ou qui est pleine de neige. Quand on est installé dans son sofa, on voit bien mieux la course.”

Voilà une info importante, même si Alain Gallopin prétend très bien pouvoir s’en tirer sans son boss. “J’aime bien travailler avec lui, mais je me rappelle qu’en 2008, lors de ma première année avec Johan, il ne venait pas sur les courses. En 2007, Bjarne Riis n’était pas non plus sur le Tour; j’avais dirigé l’équipe avec Kim Andersen.”

Pour ce Tour, la défection d’Andy Schleck a obligé les RadioShack à changer leur fusil d’épaule. Au lieu d’un leader unique en la personne du jeune coureur luxembourgeois, il y en aura trois : Frank Schleck, Andreas Klöden et Chris Horner, l’Américain de 40 ans.

“Je suis en forme et d’ailleurs extrêmement sec au niveau du poids”, dit Frank, “mais mon souci est de ne pas avoir pu me préparer comme je le voulais. J’ai beaucoup couru : les classiques, le Giro, le Tour du Luxembourg et le Tour de Suisse. En plus, je n’ai effectué aucune reconnaissance. Je risque enfin de baisser un peu de niveau en troisième semaine. Problème supplémentaire : les 105 km de contre-la-montre où je perdrai beaucoup de temps, du temps qu’il me sera difficile de regagner en montagne.”

Dans ces conditions, qui sait si la meilleure chance du team ne sera pas Andreas Klöden. “Au contraire de Frank”, dit celui qui fut 2 fois 2e du Tour en 2004 et 2006, “les nombreux kilomètres disputés contre la montre constituent un avantage pour moi. Et en montagne, je devrais tenir la roue des meilleurs.”

À voir...
© La Dernière Heure 2012


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be