Greipel : “J’étais le plus fort”

Ph. V. H.
Greipel : “J’étais le plus fort”
©BELGA

L’Allemand était terriblement déçu de sa 2e place

Les Lotto ont effectué un travail de titans dans les derniers kilomètres de l’étape. Mais Andre Greipel n’a pu faire mieux que 2e, la plus mauvaise place pour un gagneur comme lui.

“Ce qui m’ennuie, c’est d’avoir failli alors que mon équipe a fait tout le travail de préparation du sprint” , disait-il, dépité, lui qui avait donné l’accolade à chacun de ses équipiers en arrivant au bus. “On a commencé trop tôt. Après coup, c’est facile à dire.”

Jurgen Roelandts, qu’on avait vu temporiser, dans le dernier kilomètre, pour tenir le plus longtemps possible avant de céder le témoin à Greg Henderson, le dernier des Lotto-Bélisol présents pour lancer Greipel, vint consoler l’Allemand. “C’est comme ça, ne t’en fais pas , lui dit-il, une main compatissante sur l’épaule. Un jour, on perd, un autre, on gagne.”

Greipel a apprécié. “Oui, c’est le vélo. Il faut accepter la défaite, même si je n’ai pas peur d’affirmer aujourd’hui que j’étais le plus fort. Mais je ne peux rien faire quand Cavendish se cache dans mon ombre pour mieux me déborder dans les derniers mètres. Je puise dans son attitude une grande fierté. Mais écrivez surtout que je suis très fier de mes gars. Et que je suis quand même très déçu !”

Un peu plus tard, Herman Frison analysa le sprint avec nous. “Je ne crois pas qu’on ait commis d’erreur , disait-il. D’autant qu’on était venu reconnaître cette étape et que les derniers kilomètres n’avaient pas de secret pour nous. Cavendish a bien joué le coup. Il a prétendu être moins véloce qu’avant, car il s’est entraîné spécifiquement afin de mieux passer les bosses, mais je n’en crois rien.”



© La Dernière Heure 2012

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be